MESSAGE du Père YANN

Publié le par Secteur pastoral de Muzillac

Bonjour à tous,

 

En attendant de célébrer à Pâques la victoire du Christ sur le mal et sur la mort, rappelons-nous, en ce Samedi Saint, que Jésus n'a pas fait semblant de souffrir et qu'il n'a pas fait semblant de mourir. La croix n'était pas un spectacle mais une réalité, et Jésus l'a affrontée pour nous.

 

Je vous souhaite une bonne contemplation de cette descente aux enfers du Christ (d'une chapelle morbihanaise) et une bonne méditation, grâce au travail de Françoise Angoulvant que je remercie chaleureusement !

 

Bonne fin de Samedi Saint, jusqu'aux cloches de la veillée pascale à 21h ce soir !

 

A très bientôt !

 

Yann Lamouroux

Le retable en pierre, consacré à la Passion et datant du début du XVIe siècle, a été
commandé par le vicomte Jean II de Rohan et sa femme Marie de Bretagne. Il présente le
déroulement de la Passion en 13 scènes. Nous avons ici la scène de la descente aux enfers.
Jésus est descendu aux enfers, il a ouvert les enfers. On voit ici la gueule grande
ouverte et bordée de crocs pour broyer et de flammes pour rôtir ceux qui y sont jetés.
Un diable griffu et cornu résiste et essaie d'empêcher la sortie des damnés, tandis que
les deux autres, vaincus, s'en retournent, l'un debout avec sa lance et l'autre en rampant.Jésus, enveloppé d'un grand manteau doré, a pris Adam par la main pour le faire sortir.
Adam est nu et essaie de cacher sa nudité comme dans le paradis terrestre quand Dieu l'a
appelé. Il se cache car il porte encore son péché. Il n'a pourtant plus besoin de se cacher
maintenant que Jésus est venu le chercher. Ève le suit, elle est nue et ne se cache pas ; elle
joint les mains. Derrière eux, deux personnages représentent le peuple des ténèbres. Jésus est
venu les chercher tous et les emmène avec lui vers son Père.
Dans le symbole des apôtres nous disons :
"Je crois en Dieu... et en Jésus-Christ son fils unique... qui est mort, a été enseveli, est
descendu aux enfers…"
Les évangiles ne parlent pas de cet événement. Mais Paul le sous-entend dans l'épître
aux Philippiens et Pierre dans sa première lettre.
Ainsi Paul écrit : "afin qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse, dans les cieux, sur la
terre et sous la terre…" (Ph 2, 10)
Et Pierre : "c'est pour cela, en effet, que même aux morts la bonne nouvelle a été
annoncée..." (1 P 4, 6)
L'épisode est amplement raconté dans l'évangile apocryphe intitulé les Actes de Pilate.
(Un évangile apocryphe est un texte qui n'a pas été retenu par l’Église.)
La Rédemption s'adresse au monde entier et même à ceux qui habitaient le séjour des
morts.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article