HOMELIE DU 4e DIM DU CAREME B LG NM

Publié le par Secteur pastoral de Muzillac

Nous entendions dans la 1ère lecture cette phrase : « Mais eux tournaient en dérision les envoyés de Dieu, méprisaient ses paroles et se moquaient de ses prophètes ». Dans l’évangile saint Jean disait : « Quand la lumière est venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière ».
Comment ne pas faire le lien avec la situation actuelle ? Cela nous fatigue d’en entendre parler. Mais comment ne pas évoquer frères et sœurs cette série de polémiques médiatiques autour de la personne de notre pape ? Toucher au pape, c’est toucher à toute l’Eglise. Notre pape dérange les bonnes consciences occidentales incapables de résister aux simplifications. Si vous lisez vraiment ce qu’a dit Benoît XVI sur le préservatif, et non pas ce que trop de nos médias en ont dit, alors vous vous rendrez compte que le pape n’a jamais condamné en lui-même l’usage du préservatif. Ce contre quoi il met en garde, c’est seulement une distribution du préservatif en-dehors de toute responsabilisation des consciences.
Cette nouvelle polémique est l’occasion de rappeler la nécessité de cultiver un esprit critique face à ce que notre société veut absolument nous faire avaler. Puissions-nous nous fier en des médias catholiques dignes de confiance, comme les revues diocésaines, paroissiales, la radio chrétienne, des journaux, magazines, télévisions ou sites internet qui respecteront la pensée de l’Eglise et de l’Evangile Eveillons surtout les plus jeunes dans nos familles à cet esprit critique indispensable pour garder une liberté de penser par soi-même.
L’Eglise catholique en Afrique est la première ONG à œuvrer contre le Sida. Son œuvre est discrète, mais efficace, elle est reconnue partout en Afrique. Elle ne cesse de redire à l’humanité l’amour et la miséricorde infinis de Dieu. Si l’Eglise doit de temps en temps rappeler aux hommes de notre temps des principes et les grands idéaux, ce n’est pas pour les écraser mais pour les aider à trouver un chemin de libération. Toute la pastorale s’accompagne de miséricorde, d’écoute et de compréhension. Les grandes valeurs sont comme des boussoles. A chacun d’avancer et de grandir, là où il en est, et autant qu’il peut, vers ces idéaux. Le Seigneur n’est pas venu pour nous condamner, dit saint Jean, mais pour nous sauver et nous accompagner sur notre route quotidienne. AMEN

Publié dans HOMELIES ANNEE B

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article