Ce que je retiens de la causerie sur le Togo

Publié le par Secteur pastoral de Muzillac

Suite à la causerie d'hier soir, je retiens et formule quelques idées, dans le désordre, sur le Togo :

 

1- Sur le plan politique et économique, il semblerait que la France ait gardé la main mise sur le Togo. Le premier président du Togo indépendant aurait été éliminé par l'Etat français (le 13 janvier 1963) afin de garder sous son contrôle l'exploitation du phosphate dont le Togo regorge. Le deuxième président a fait une déclaration dans la presse française  avouant qu'il était l'auteur de l'assassinat du précédent président, afin de dédouaner les autorités françaises, mais avant de se rétracter quelques années après. Encore aujourd'hui, le Togo n'a toujours pas les moyens et la liberté d'exploiter par lui-même et pleinement son phosphate. Questions que je pose : à quoi jouent nos politiciens français ? Où est la Justice ?

 

2 - Les gisements de pétrole qui viennent d'être découverts au sud du Togo seront un test : le Togo sera-t-il capable de profiter de cette manne pour le bien de toute sa population ?

 

3 - Les Togolais sont surtout et essentiellement des agriculteurs. Il faut continuer à former les agriculteurs togolais au meilleur des connaissances écologiques.

 

4 - 80 % des enfants seraient scolarisés. Il faut continuer à former une élite pour le Togo indépendant.

 

5 - Le Togo a besoin d'une Constitution fondée sur la morale et le respect des diversités. A ce titre, l'exemple allemand est peut-être meilleur que le modèle politique français (avis personnel).

 

6 - Sur le plan ecclésial, le Togo a commencé à être évangélisé vers les années 1892 par les missionnaires allemands de la "Société du Verbe divin". Si j'ai bien compris, 35 % de la population serait aujourd'hui catholique. Une grande majorité de la population serait chrétienne. Les frères musulmans se situeraient au centre géographique du pays. La part des animistes se réduirait aujourd'hui à une proportion de 18 %.

 

7.  Les paroisses sont vivantes et jeunes. Les difficultés rencontrées sont celles d'une Eglise en croissance. Les Togolais sont très croyants et pratiquants. Le risque est celui du suivisme. L'évangélisation atteint le nombre mais doit se poursuivre en profondeur.

 

8 - La compréhension de l'exorcisme n'est pas la même au Togo et en France. La culture togolaise fait que l'exorcisme fonctionne bien.

 

9 - Le premier Vicaire apostolique de l'Eglise du Togo était un Breton de Quimper, Mgr Jean-Marie Cessou. Les catholiques du Togo en gardent un très bon souvenir.

 

10 - En superficie et en population, le Togo fait deux fois la Bretagne administrative.

 

11 - Il y a 7 diocèses au Togo et environ 500 prêtres. Ces derniers vivent à 2, 3 ou 4 dans chaque paroisse qui comportent plusieurs "stations".

 

12 - Comme dans de nombreux pays, les élections présidentielles sont jouées d'avance. C'est l'argent qui commande encore !

 

Merci beaucoup à notre conférencier pour ses explications très vivantes ! Veuillez néanmoins ne pas lui prêter toutes les idées que je viens d'énoncer. Pour une part, elles sont dues à mes interprétations personnelles qui ne sont pas infaillibles. Ni lui, ni moi-même nous ne sommes économistes ou des hommes politiques. A chacun son travail. Mais nous reflétons sans doute les sentiments d'une partie de la population.

 

P. Jean-Eudes

 

 

 

 

Publié dans REFLEXION

Commenter cet article