Dernières nouvelles de Marie Emo (paroissienne de Muzillac en mission aux Philippines) - Extraits de la lettre n°5

Publié le par Secteur pastoral de Muzillac

Points-Cœur Sainte-Claire                                       Marie EMOMarie Emo et vanessa

Manille - Philippines                         Le 2 février                                                                                

 

Lettre n° 5

 

“L’hospitalité est une réponse à la vocation profonde de l’homme, l’accomplissement de notre humanité à travers l’accueil de l’humanité de l’autre.”

Enzo BIANCHI

 

 

Chère famille, chers amis, chers parrains,

 

Je vous souhaite une sainte et heureuse Année 2012. Que le Seigneur vous apporte la joie, la paix, la charité, l’espérance et le bonheur pour cette nouvelle Année.

Me voilà presque à la fin de ma mission, je rentre mi-mars, je voudrais vous remercier pour votre soutien, vos lettres, vos messages et vos prières, cela me fait toujours un énorme plaisir et me permet de vous porter dans mes prières chaque jour.

 

Un Noël philippin

 

Ce fut un Noël assez particulier, sans ma famille, sans le froid et la neige si habituels en cette période, sans les chants de noël en français, sans la crèche vivante dans notre église. Que de nouveautés encore J. Cependant, ce Noël a été rempli d’une immense joie et d’une grande simplicité comme si j’étais présente aux côtés de Marie et de Joseph et de bergers en cette nuit de Noël et en cette étable pour contempler la venue de notre sauveur Jésus-Christ en ce tout petit bébé fragile.

Notre quartier, quand arrivait le soir, résonnait des carolines : ce sont les enfants et les adultes qui viennent en groupe durant le mois de décembre entonner les chants de Noël accompagnés d’instruments de musique (qu’ils ont fabriqués auparavant avec de boîtes de conserves ou des bouchons de bouteilles de bière, les enfants sont très ingénieux). Ils viennent chanter puis demander de l’argent pour améliorer leur repas de Noël. C’était très beau, même les plus petits de deux ans chantaient à tue-tête.

Il y a eu aussi le mémorable simbang gabi, une neuvaine de Noël : la messe est à 4 h 00 du matin pendant les neuf jours précédant Noël, l’église est pleine. À la fin de cette messe, en chantant “Douce nuit, Sainte nuit”, les paroles (étoiles que les paroissiens fabriquent) sont élevées dans le cœur de l’église sous le regard et le sourire des petits et des grands.

Se lever à 3 h 00 du matin, aller à la messe en pleine nuit, revenir chez soi, manger et commencer la journée a été pour moi une première. Certains enfants de notre quartier y participent chaque année, quelle foi ! Ce fut une véritable attente de la naissance de Jésus.

 

Le 25 décembre, tous joyeux de cette si humble naissance, nous avons célébré la messe à la maison à 10 h 00 du matin, grâce à notre supérieur père Pierre-Marie venu pour quinze jours. Quelle ne fut pas ma surprise de voir arriver nos amis parfois de loin pour assister à la messe, pour venir nous voir et nous souhaiter “Merry Christmas”. Nous avions décidé de nous priver de grands repas pour Noël pour donner cet argent aux victimes du typhon à Mindanao en décembre (qui a fait pus de 1 000 morts). Nous n’avions donc rien préparé pour accueillir nos amis. Mais le Seigneur nous comble de ses bienfaits, nos amis de Manille nous avaient donné de la nourriture qui a pu rassasier nos amis jusqu’au soir.

J’étais tellement heureuse de partager cette journée avec nos amis et de leur simplicité à venir nous visiter.

 

“Pour des yeux qu’épuisent la nuit, l’horreur et la haine, la joie c’est de revenir à Noël. Plus le regard s’y porte, plus l’événement semble nouveau indispensable. Noël devient la surprise d’un trésor incalculable. Il n’est pas assez des yeux de toute une vie pour circonscrire le mystère d’un amour éternel. Noël a besoin d’être vu avec les yeux de tout âge.” Père Thierry

 

Une Christmas party spéciale

Avant Noël, nous sommes allés visiter nos amis de la prison de Montinlupa. Une fois par mois nous allons voir sept ou huit amis dans la partie maximum de la prison. Nous y rencontrons Kuya Edgar, Kuya Beni, Kuya Abdul, Kuya Bunso, Kuya Felipe, Kuya Cebero, Kuya Francis et depuis peu Kuya Pat. Ils sont là depuis longtemps, pour certains depuis plus de dix ans.

Kuya Cebera est en prison de puis vingt-huit ans car il a tenté de voler un cheval de course.

Kuya Edgar est en prison depuis dix-sept ans. Il est innocent. Il ne sortira jamais de prison et était dans le couloir de la mort mais la peine de mort a été abolie ici depuis 2006. Puisqu’il n’avait pas d’argent, il a été condamné très rapidement sans même avoir droit a un bon avocat.

Mais tous nos amis, qu’ils soient innocents ou coupables, ont un très bon cœur, leurs familles peuvent les visiter mais ils attendent avec impatience nos visites chaque mois.

Pour le mois de décembre, nous avions tiré au sort le nom de nos amis pour organiser un échange de cadeaux faits main. Nous avons mis chacun tout notre cœur et toute notre imagination pour notre cadeau.

Le matin, nous sommes arrivés. Chacun dans sa propre langue, nous avons chanté des chants de Noël, nous avons beaucoup ri. Nous avons ensuite dit un petit message pour Noël Ce qui est ressorti le plus souvent était d’avoir trouvé une famille et des amis ici sans jugement pour les écouter et les aimer tels qu’ils sont. Puis nous avons échangé nos cadeaux, mangé, rit et parlé. Et ce fut déjà le moment de nous quitter, les visites sont toujours trop rapides (bien que nous passions presque cinq heures avec eux à chaque visite). 

Kuya Edgar nous a dit qu’il était heureux car il connaît le Christ et qu’il nous connaît. De cet apostolat, je reçois de grandes leçons de vie.

 

“Notre vie est trop belle pour ne pas être vécue pleinement ! Mettons-nous à l’écoute de ceux qui nous le révèlent.”      

 [...]

 

Ate Liza

 

 

Ate Liza vit aussi a Market 3, elle a vingt-neuf ans et quatre enfants. Son mari a perdu son emploi après le nouvel an car deux personnes ont été assassinées sur son lieu de travail, les gardes ont donc supprimé son poste. Ils habitent à six dans un réduit de 2 x 2,50 m. La famille habitant au-dessus d’eux est au nombre de sept et leur plancher menace de s’effondrer sur la famille d’Ate Liza. Le propriétaire du logement (aussi incroyable, il y a aussi des propriétaires dans les bidonvilles qui louent des taudis à des prix exorbitants) a demandé à Ate Liza de quitter leur maison. Ce qui veut dire qu’ils seront à la rue à partir du 30 janvier. Mais ils iront sûrement dans la maison de son beau-père. Durant les dernières visites, elle était tellement triste, je ne savais pas quoi faire ou quoi dire. Être simplement là est parfois tellement dur. Elle ne nous culpabilisait pas mais elle cherchait seulement à être écoutée, soutenue, comprise et aimée. Son mari essaie de retrouver du travail pour retrouver une maison à eux. Ils sont courageux car leur situation n’est pas facile.

 

 

Ate Liza est toute donnée à sa famille. Elle a un goitre thyroïdien, elle doit se faire opérer, nous l’avons accompagnée dans les différentes démarches mais elle refuse car elle nous dit “j’ai quatre enfants, je suis jeune mais je suis vieille de problèmes, je préfère arrêter les démarches et penser à mes enfants et mon mari”. Quel abandon de soi !

 

Je vous confie cette famille pour que le mari puisse retrouver du travail et qu’Ate Liza arrive à se faire opérer et pour leur aîné de onze ans qui ne va plus à l’école et qui commence à ne plus rentrer chez lui à cause de mauvaises fréquentations.



[...]



 

Je crois qu’il faut que je m’arrête, je vais essayer de vous écrire une dernière lettre avant mon départ mais serais très heureuse de vous parler de tous mes amis ici de vive voix.

 

Peut-être vous dites-vous que cette mission englobe beaucoup de souffrances partagées avec mes amis, c’est vrai mais cette mission est tellement belle et je ressens une profonde joie en vivant ici.

 

 

Je vous souhaite un bon début d’Année. À très bientôt

 

  

Marie

 

 





Marie revient en France le 17 mars. Sûrement aurons-nous la joie de l'accueillir à Muzillac.

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article