DERNIERES NOUVELLES DU P. GEORGINO (7)

Publié le par Secteur pastoral de Muzillac

Nouvelles du 5 février 2010

 

 

Mes journées sont de plus en plus longues, et quand je rentre à la maison, je m'endors presque tout de suite après le repas...

 

Je fais partie d'un comité de crise mis en place par les responsables du diocèse. Et je m'occupe en particulier de la section des patrimoines (compris, maisons diocésaines et archives). Cela se passe bien, mais il y a beaucoup de lenteurs dans le travail. Nous sommes tellement dépendants d'aides extérieures...

 

L'Eglise du diocèse de Port-au-Prince reprend vie, avec Monseigneur Joseph Lafontant administrateur apostolique. Nos deux dernières réunions de presbyterium révèlent une grande volonté de communion, mais aussi d'efficacité dans le service de nos frères et sœurs.

 

Il y a encore beaucoup de difficultés à ce que l'aide arrive aux personnes nécessiteuses. Les infrastructures mises en place ont du mal à porter les fruits escomptés!

Il y a encore bien des tensions entre les organismes locaux et internationaux... On ressent cela ici comme du mépris pour le peuple, en même temps que l'on accepte de regarder les dysfonctionnements du côté des compatriotes haïtiens... manque de méthode, insuffisance de stratégies fiables et efficaces...

 

Aujourd'hui les gens réfléchissent beaucoup sur les décisions à prendre vis-à-vis de l'avenir. Mais ce qui est le plus mal vécu ici, je crois, c'est l'absence d'une  voix du côté de l'Etat pour informer le peuple...

Sans doute que les décisions à prendre aujourd'hui pour relever le pays ne seront pas du tout populaires, et que pour cela, les dirigeants du pays doivent réfléchir plus d'une fois avant de proposer un plan précis sur les orientations à prendre pour relever le pays.

 

Les gens sont encore bien traumatisés par le séisme, et surtout les secousses... Il y en a de moins en moins, c'est vrai. Mais sans doute que les dégâts constatés par les gens font que nombre de gens ne se fient plus à leur petite maison, construite sans trop se poser la question de la solidité...

 

J'aurais tant de nouvelles à donner, mais je n'ai pas le temps pour le moment présent. Le chantier m'attend. Et je veux être efficace!

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article