HOMELIE 17 DIMANCHE TO A Chapelle de CROMENACH / NOYAL / ARZAL 2014

Publié le par Secteur pastoral de Muzillac

 

perles-fines.jpg

 

Jésus utilise dans les paraboles que nous venons d’entendre l’image de la perle pour figurer l’importance du Royaume de Dieu. La Bible nous enseigne par ailleurs que la sagesse vaut mieux les perles (Cf. Job), qu’il ne faut pas donner les perles aux porcs (Cf. évangile) et que la Jérusalem céleste sera ornée des plus belles perles (Cf. Apocalypse). Les perles figurent le trésor spirituel de l’Eglise. Comment ne pas nous laisser attirer par ce trésor ? Quel est donc ce trésor qu’il nous faut chercher ?

 

1 - Comment ne pas nous laisser attirer par ce trésor ?

 

Cela est un grand mystère à mes yeux. Comment se fait-il que tant de baptisés dans notre pays soient indifférents aux trésors de la Parole de Dieu ? Pour le comprendre, il faut écouter un Africain comme le père Matthieu qui nous disait l’autre soir que les Français qui ne cessent de râler feraient bien de voyager dans le monde pour qu’ils comprennent la chance que nous avons ici. Dans les sociétés non chrétiennes, on ne voit pas autant ce culte du travail bien fait, ou ce sens du partage ou de la vérité que l'on trouve dans un vieux pays chrétien comme la France. L’Esprit Saint a travaillé les mentalités pendant des siècles, même si nous n’en avons pas conscience. Il nous faut donc travailler à cette nouvelle prise de conscience de la chance que nous avons ici et développer un esprit d’émerveillement devant les beautés du monde et de la foi.

 

2 – Mais quel est donc ce trésor qu’il nous faut chercher à la manière des acteurs des quatre paraboles de ce dimanche ?

 

La 1èrelecture nous en donne déjà une réponse, le trésor est d'abord celui de la sagesse et du discernement. Il faut faire de la philosophie, quelle que soient nos convictions religieuses. La 2electure nous donne une réponse encore plus précise : le trésor, c’est Dieu lui-même qui est, pour nous, la Sagesse en personne et qui fait tout contribuer à leur bien les hommes qui l’aiment, au point de nous avoir tout donné en son Fils Jésus. Dieu ne peut forcer personne à l’aimer, mais il fait tout ce qu’il peut pour susciter chez tous les hommes une réponse d’amour. « Aime-moi, nous déclare en quelque sorte le Seigneur à travers lres Ecritures, fais-moi confiance puisque je t’aime. Aime ma Parole, mon Fils, mon Esprit, mon Eglise ». Ne pas profiter du cadeau de Dieu, c’est soit de l’inconscience soit de la sottise : pourquoi lésiner devant un tel cadeau ?

 

En somme, il ne faut pas aborder la foi chrétienne par les renoncements qu’elle implique. Tout choix dans la vie implique des renoncements. Mais la foi n’est pas d’abord une ascèse, elle est une perle précieuse, une joie, un émerveillement, une rencontre merveilleuse avec l’Amour de Dieu ; à partir de là on peut parler de toutes les autres vérités de la foi. C’est d’ailleurs l’un des messages du pape François dans son Exhortation La Joie de l'Evangile. Relisons le.

 

AMEN

Publié dans HOMELIES ANNEE A

Commenter cet article