HOMELIE 1er DIMANCHE CAREME A 2014 DAMGAN AMBON MUZILLAC

Publié le par Secteur pastoral de Muzillac

CCFD-1-SEMAINE.jpg

 

Nous avons commencé le carême mercredi en recevant les cendres sur notre tête. Les cendres symbolisent, entre autre, notre péché. Souvent, on constate que le sens du mot péché est ignoré. Je rappelle donc qu'un péché est une faute contre l’Alliance, c’est une trahison contre l’amour de Dieu et de nos frères et c’est en même temps une séparation de la communauté.

Personne n’est sans péché, c’est ce que nous rappellent la première et la deuxième lectures avec la fameuse histoire du péché originel. La sainte Eglise est elle-même un peuple de pécheurs et nous sommes appelés, à l'exemple et à la manière de Jésus, à porter solidairement les péchés les uns des autres, à nous convertir ensemble au Dieu d’Amour, à nous réconcilier avec Dieu et avec tous nos frères et sœurs.

Se réconcilier : voilà le message que nous propose le CCFD-Terres solidaires pour cette première semaine. L’évangile de ce jour nous montre ce que la 2electure annonçait : là où le péché s’était multiplié, à savoir dans le désert, lieu où le peuple de Dieu a péché de nombreuses fois pendant les 40 ans de son Exode, - et dans le désert du Moyen Orient actuel, le péché de la discorde ne cesse de perdurer - la grâce va surabonder.Cette grâce habite au plus haut point dans la personne de Jésus, vrai homme et vrai Dieu. C’est l’Esprit Saint qui conduit Jésus au désert. Nous voyons l’image de la colombe baptismale sur notre tenture. Il fallait en effet que Jésus en tant qu’homme connaisse nos tentations pour nous apprendre à les affronter et à les vaincre.

Ces tentations sont finalement celles des mauvaises facilités. Il est par exemple souvent plus facile de commettre le mal, de détruire une maison, que de faire le bien –de construire une maison-. Il est plus facile, comme dira Jésus, d’emprunter la porte grande ouverte de la perdition que d’entrer par la porte étroite du mystère de la croix. Il est plus facile de refuser l’Autre [et l'autre] et de ne chercher son bonheur qu’en soi, égoïstement, plutôt que de s’ouvrir à la Parole de Dieu et au dialogue. Il est plus facile de transformer la religion chrétienne en une culture de valeurs morales –si belles soient-elles !- qu’en une rencontre personnelle de Dieu avec Jésus Christ.

Dans le désert, Jésus a fait de la Parole de son Père sa seule nourriture pour déjouer le Tentateur. Il nous montre par là l’importance de la méditation biblique, de l’intériorisation et de la spiritualité chrétiennes. Seul Dieu peut nous libérer de nos tentations par son Fils et son Esprit, seule la grâce surabondante de Dieu peut recouvrir nos péchés. D’où l’importance de redécouvrir pendant ce carêmele sacrement du pardon tel que l’Eglise nous le propose. Le CCFD nous invite également -pourquoi pas - à écrire une lettre de réconciliation avec un frère que nous aurions blessé.

Oui Seigneur, par cette Eucharistie, rends nous la joie d’être sauvés, que ton Esprit saint nous soutienne, fais que nous entendions déjà au milieu de nos déserts les chants et la fête de la réconciliation des hommes et des femmes entre eux et avec Ton Fils.

AMEN

Publié dans HOMELIES ANNEE A

Commenter cet article