HOMELIE 2 DIM AVENT A BILLIERS ARZAL MUZILLAC 2010

Publié le par Secteur pastoral de Muzillac

Jean de La Fontaine, dans ses fables, décrivait les relations entre les créatures de Dieu comme antagonistes : le corbeau et le renard, la cigale et la fourmi, le lièvre et la tortue....

« Le loup habitera avec l’agneau. [….] Le nourrisson s’amusera sur le nid du cobra, sur le trou de la vipère l’enfant étendra la main ». Isaïe nous propose au contraire une merveilleuse vision de paix.

Cela tranche avec ce que nous voyons parfois dans notre monde :

Wikileaks. Une transparence mortifère entre les différentes nations.

Conflits en Cote d’Ivoire.

Les différences peuvent amener aux guerres. Pourtant, elles peuvent et doivent amener au contraire au miracle de l’amour.

La sainte Trinité est justement le modèle de cette communion dans la différence.

« Accueillez-vous les uns les autres comme le Christ vous a accueillis pour la gloire de Dieu, vous qui étiez païen », demande saint Paul. L’accueil en Eglise doit nous amener à l’accueil de tous nos frères les hommes.

« Produisez donc un fruit qui exprime votre conversion, tonitrue St Jean-Baptiste ».

Il faut préparer la route de nos cœurs au Seigneur et à nos frères, enlever les obstacles à la venue du Seigneur et à l’amitié entre tous les hommes.

Pour cela, il nous faut emprunter deux chemins : il y a le chemin de la vie spirituelle et le chemin de l’engagement dans notre monde.chemin-chemin-gavarnie-1.jpg

Un disciple de Jésus ne peut négliger sa vie intérieure. Pour des recommençants, des personnes qui ont envie d’approfondir leur vie d’amitié avec le Seigneur, je leur conseille vivement la lecture de l’ouvrage majeur de St François de Sales : « Introduction à la vie dévote », un livre merveilleux qui n’a pas trop vieilli depuis 1608 et que le roi Henri IV a lui-même médité. Paul VI affirmait que l'évêque de Genève  «  fut un précurseur du IIe concile œcuménique du Vatican et que ses grands idéaux étaient toujours d'actualité ». 

Pour le chemin de l’engagement, comment rester insensibles à toutes les injustices qui règnent dans notre monde ? Celles que peuvent connaître des enfants myopathes, des malades du Sida, des sans logis...

Le fait de consommer autrement, de manière plus équitable, c’est déjà lutter contre la pauvreté.

« L’engagement est source de lumière », disait saint Ambroise. Ne restons pas paralysés. N’hésitons pas à nous engager ne serait-ce que dans une seule et petite activité, sans nous disperser et selon notre mesure. Dans une association, un mouvement, une action humanitaire ou politique, en Eglise ou non.

Et n’oublions pas que l’Eucharistie que nous célébrons est le sacrement du plus grand engagement : celui du Christ qui a tout donné pour nous.

Publié dans HOMELIES ANNEE A

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

P. Jean Eudes 06/12/2010 10:02


Merci pour votre remarque. Mais pourquoi vouloir opposer ce qui se conjugue ? Témoigner du Christ et s'engager ne font qu'un. Saint Ambroise parlait d'ailleurs du baptême comme d'un engagement. La
forme concrète de l'engagement est ensuite très diverse, selon les talents de chacun. Autrement dit, suivre le Christ est un engagement de disciple, avec tous les risques que cela comporte, et non
un long fleuve tranquille.


Christophe 06/12/2010 08:19


Engagez vous, engagez vous ! Que dire de ceux qui n'ont pas le temps matériel de s'engager ? La première mission du laïc est de témoigner du Christ là où il vit et non de s'engager. Bien évidemment
il est important qu'il soit présent dans des association, dans des services d'Eglise, en politique... Mais ce n'est pas là le fondamental. Il s'agit de donner sa vie à la suite du Christ là où l'on
vie. Le discourt sur l'engagement peut amener des personnes à se découragées car ne pouvant pas s'engager. "Les laïcs sont appelés à exercer leur mission prophétique, qui découle directement de
leur baptême, et à témoigner de l'Évangile dans la vie quotidienne partout où ils se trouvent." (Benoît XVI, Exhortation Apostolique "La Parole du Seigneur", 2010, n°94)