HOMELIE 26 DIM TO C 2010 BILLIERS ARZAL MUZILLAC

Publié le par Secteur pastoral de Muzillac

34077431_p.jpgLe message de la 1ère lecture, du livre d’Amos :

La richesse matérielle est une bonne chose pour autant qu’elle est partagée ! Sinon, il ne faut pas s’étonner que la richesse ne fasse pas le bonheur des riches eux-mêmes.

Le message de la seconde lecture, (St Paul à Timothée) :

La vraie richesse est d’abord en Dieu, elle est, par conséquent, spirituelle. Cela va à contre-courant de notre société où, à droite, on semble mettre la valeur financière en premier, et où, à gauche, on semble mettre les valeurs politiques au-delà de tout, aux risques d'éternelles divisions. Aux uns et aux autres, le message biblique semble nous dire : « N’oublions pas que la première des valeurs est l’Amour de Dieu, la charité de Dieu, d’où découle la valeur de l’amour fraternel ».

Quant à l’évangile, il est on ne peut plus clair. Il annonce une justice divine au-delà de la mort en faveur des pauvres. Certains ont alors argué de la dangerosité de l’Evangile car il demanderait soit disant la soumission des pauvres aux riches en attendant la mort. Or l’Evangile n’a jamais demandé cette soumission servile. Seulement, Jésus récuse la violence physique de ce qu’on appellera « la lutte des classes » et fait appel à la conscience de chacun. Par cette parabole, il fait réfléchir les riches et espérer activement les pauvres.

Pour terminer, voici quelques citations ou idées de Benoît XVI, toutes extraites de Caritas in veritate, la dernière encyclique qui est une merveille de doctrine sociale, et dont je vous recommande la lecture ou relecture :

« Les pays riches continuent à profiter des pays pauvres ».

« L’homme, la personne, dans son intégrité, est le 1er capital à sauvegarder et à valoriser ».

« L’ouverture à la vie est au centre du vrai développement ».

La logique marchande doit viser le bien commun. Le problème actuel est que le marché est devenu mondial, alors que le mode de gouvernement est resté local.

Les causes du sous-développement sont d’abord d’ordre spirituel, liés à un déficit de réflexion et à un manque de fraternité.

Enfin, avec le pape, nous le croyons : L’annonce du Christ est le premier, le principal facteur de développement.

Publié dans HOMELIES ANNEE C

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article