HOMELIE 3 DIM AVENT B 2011 DAMGAN AMBON

Publié le par Secteur pastoral de Muzillac

Le thème de ce dimanche est celui de la joie. C’est (la veille du) (le) dimanche (ce soir) (aujourd’hui) de Gaudete, premier mot de la messe extrait de la deuxième lecture de saint Paul aux Philippiens : « Soyez dans la joie du Seigneur, soyez toujours dans la joie, le Seigneur est proche ». Etre toujours dans la joie, est-ce possible ? Quand le Christ a souffert sa Passion et a été mis à mort, était-il dans la joie ? Etre joyeux alors que notre monde traverse une immense crise économique, n’est-ce pas déplacé ?

Sans doute ne faut-il pas confondre d’abord « joie » et « hilarité ». On peut très bien vivre heureux sans s’esclaffer, sans se moquer sans cesse des autres, sans aller au cirque. La joie peut se manifester très visiblement, mais elle peut être discrète, ce n’est pas interdit. Je pense d’ailleurs que la plus belle des joies est celle qui a su surmonter la tristesse, voire la nuit de la foi. Bienheureux ceux qui pleurent, a même déclaré Jésus. On peut aujourd’hui s’attrister de la crise économique, ou du mépris rencontré chez certains artistes pour le christianisme. Mais il y a la tristesse chrétienne qui nous entraîne inéluctablement vers la joie. Le Christ a connu la tristesse, il la prise sur Lui, mais son amour de la Joie divine était infiniment plus fort. Pour le Christ, et donc pour nous qui essayons de vivre avec lui, la joie est un fruit de la Résurrection et de l’Esprit Saint. christ_souriant-copie-1.jpg

Qu’est-ce qu’un chrétien ? La réponse se trouve dans les vitraux de nos églises, c’est une personne traversée par la lumière, la joie de la résurrection. Comme Jean-Baptiste, nous ne sommes pas la Lumière, il nous faut rester très humble, nous sommes seulement des  poussières d’étoiles pour rendre témoignage à la Vraie lumière. Nous ne sommes pas non plus la Parole de Dieu, comme JB, nous ne sommes qu’une voix. Comme lui, d’ailleurs, nous crions parfois dans le désert.

Notre joie est le plus sûr moyen d’annoncer le Christ au monde, disait la bienheureuse mère Térésa à ses religieuses.

Voici trois conseils et une petite histoire pour cette semaine :

 - savoir ne pas tout dramatiser. Savoir relativiser en se rappelant ce qui est essentiel de ce qui l’est moins.

- Chercher à rendre nos célébrations plus joyeuses, par notre manière de participer, de chanter.

-  « Rendez grâce en toute circonstance », dit St Paul, alors essayons de faire de nos vies entières une eucharistie, cad un cantique d’action de grâce à la manière du Magnificat chanté après la 1ère lecture. Notre regard doit être celui du Christ, notre cœur doit être uni au Cœur du Christ pour que nous soyons comblés de joie.

Pour terminer, une petite histoire :

Il était une fois un sage à l’entrée d’une ville du Moyen-Orient.

Un jeune homme s’approcha et lui dit :
- Je ne suis jamais venu ici ; comment sont les gens qui vivent dans cette ville ?
Le vieil homme lui répondit par une question :
- Comment étaient les gens dans la ville d’où tu viens ?
- Egoïstes et méchants. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’étais bien content de partir, dit le jeune homme. Le vieillard répondit :
- Tu trouveras les mêmes gens ici.

Un peu plus tard, un autre jeune homme s’approcha et lui posa exactement la même question.
- Je viens d’arriver dans la région ; comment sont les gens qui vivent dans cette ville ? Le vieille homme répondit de même :
- Dis-moi, mon garçon, comment étaient les gens dans la ville d’où tu viens ?
- Ils étaient bons et accueillants, honnêtes ; j’y avais de bons amis ; j’ai eu beaucoup de mal à la quitter, répondit le jeune homme.
- Tu trouveras les mêmes ici, répondit le vieil homme.

Un marchand qui faisait boire ses chameaux non loin de là avait entendu les deux conversations. Dès que le deuxième jeune homme se fut éloigné, il s’adressa au vieillard sur un ton de reproche :
- Comment peux-tu donner deux réponses complètement différentes à la même question posée par deux personnes ?
- Celui qui ouvre son coeur change aussi son regard sur les autres, répondit le vieillard. Chacun porte son univers dans son coeur.

Publié dans HOMELIES ANNEE B

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article