HOMELIE 5 DIMANCHE DE PAQUES A NOYAL-MUZILLAC ARZAL 2014

Publié le par Secteur pastoral de Muzillac

 

Croix-evangile.jpg

 

 

 

Dimanche dernier, je suis allé voir au cinéma le film "De toutes nos forces". Ce film est un véritable bol d’air ; il nous raconte les relations d’un père avec son fils handicapé. Au début du film, tout était compliqué dans cette famille ; mais à la fin tout se simplifie dans la joie retrouvée. Dans notre monde un peu compliqué, n’aspirons-nous pas tous à la simplicité de vie ? C’est ce que nous offre Dieu, aujourd’hui, à travers les lectures de ce dimanche.

 

Ainsi la prière de Philippe à Jésus, elle aussi, était simple.

 

"Seigneur, montre-nous le Père : cela nous suffit".

 

Prière magnifique, admirable de saint Philippe. On aimerait avoir une telle simplicité de prière. Pour ceux qui connaissent la chanson de Stromae, en langue moderne cela pourrait donner : "Papa où t’es ?". Mais alors, comment se fait-il que Jésus n'y réponde pas tout de suite, lui aussi tout simplement ? Après tout, n'a-t-il pas promis d'exaucer toute prière ?

 

Jésus lui répond en fait que sur cette terre, on peut déjà voir le Père, Dieu le Père, Celui qui est à l'origine de toute vie, de tout le monde créé en ...Lui, Jésus ! Nous voyons notre Père en Jésus ressuscité qui est le "Chemin, la Vérité et la Vie". C’est donc dire que Dieu se rend tout proche de nous, dans une immense simplicité.

 

Mais, pourrait-on rétorquer, les apôtres voyaient Jésus, ils avaient au moins cette chance, mais nous, nous ne le voyons même pas !

 

Justement ! Jésus nous répond alors : "Vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi". "Croyez ce que je vous dis" ; "Si vous ne croyez pas ma parole, croyez au moins à cause des oeuvres". Autrement dit, comme il le dira à St Thomas après sa résurrection : « bienheureux ceux qui croient sans avoir vu ». Jésus nous invite donc avec Thomas et Philippe à l'abandon de la foi qui est en même temps chemin de la foi.

 

Le premier nom donné aux chrétiens était celui d' « adeptes de la Voie ». En effet, nous ne sommes pas chrétiens, nous le devenons jour après jour. La foi est un chemin spirituel et dynamique qui peut et doit néanmoins s'appuyer sur des "oeuvres".

 

Si on ne peut donc pas mettre la main sur Dieu ou sur son Fils, si la Parole de Jésus ne nous suffit pas, notre foi peut en revanche s'appuyer sur un travail bien concret : non seulement celui du miracle de la Création que Dieu continue instant après instant sous nos propres yeux, mais encore celui de la Bonne Nouvelle du Christ mort et ressuscité qui ne cesse de transformer notre monde par la force de son Esprit. Il s'agit des oeuvres de Vérité et de Vie auxquelles Dieu nous donne de participer.

 

Une oeuvre de vérité, ce peut être déjà ce qu'a vécu Jésus qui a toujours vécu dans la vérité. Les évangiles en témoignent. Tout en ne dévoilant pas la vérité n'importe comment, Jésus est allé au bout de la vérité jusqu'à en mourir. L'Eglise non plus n'a pas besoin de mensonges, [comme disait le pape Léon XIII]. Les apôtres ont su faire la vérité quand un conflit est apparu dans leur communauté, nous l’avons entendu dans la première lecture. L’Eglise doit toujours vivre dans la vérité. Dans nos communautés, par exemple, il faut pouvoir se dire franchement les choses, comme il faut au préalable écouter franchement les autres. La parole ne va pas sans l’écoute préalable.

 

Cette œuvre est aussi celle d’une construction qui s’appuie sur la pierre angulaire, le Christ, comme nous l’explique la 2electure. Chacun de nous, nous sommes en effet invités à continuer l'oeuvre du Christ qui est œuvre de Vie, dans nos maisons, nos familles, nos écoles, notre lieu de travail, nos quartiers, notre commune ou notre paroisse : oeuvres de foi, de charité et d'espérance, œuvre ô combien édifiante. C'est ce qu'on pourrait appeler l'action catholique de chaque jour.

 

Toutes ces oeuvres ou actions accomplies dans la semaine, nous en faisons alors chaque dimanche ensemble une seule et grande action en Jésus Christ : l’action de grâce, qui se traduit par le mot « eucharistie » et qui est la véritable "offrande spirituelle", comme le disait saint Pierre dans la deuxième lecture.

 

Les sacrements deviennent alors les œuvres ou actions du Christ qui nous rendent les plus proches de notre Père de tendresse et de miséricorde, qui accomplissent toutes nos activités comme ils les fondent.

 

Alors, sûrs d’être exaucés au sens du Christ– car nous venons de comprendre avec le Christ qui est « chemin, vérité et vie », comment la foi qui s’appuie sur l’action nous mène droit vers notre Père-, je vous propose de garder au coeur même de nos activités, chaque jour de cette semaine, avec tout ce que cela implique, et avec beaucoup de foi et de simplicité, cette belle et magnifique prière de St Philippe : "Seigneur Jésus, montre-nous le Père : cela nous suffit". AMEN

 

Publié dans HOMELIES ANNEE A

Commenter cet article