Homélie 6ème dimanche de Pâques

Publié le par Secteur pastoral de Muzillac

Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Voici une homélie bien brève. Mais je pense qu’elle nécessite quelques explications.

 

Cet ordre du Seigneur, car c’en est un, nous est donné pour notre plus grand bénéfice.

En 14 versets le mot aimer, amour et ami s’y trouve 11 fois. Le mot commandement y est associé. L’enseignement que nous pouvons en retirer pour notre vie quotidienne c’est que pour Jésus, la joie de celui qui est aimé c’est de faire la volonté de celui qui l’aime. C’est un hymne à l’amour. Comme le P a aimé le F, aimons-nous les uns les autres comme J lui-même nous a aimé.

 

Le mot comme est répété. Ici il n’est pas à prendre dans le sens de la comparaison, mais dans le sens du fondement. C'est-à-dire que notre amour les uns pour les autres doit être fondé et enraciné en Jésus. En suivant ce commandement, nous vivons alors quelque chose d’extraordinaire : car s’aimer entre nous, devient le Père qui aime le Fils. Nous partagerons dès lors l’intimité de l’amour intra trinitaire. Cependant ce ne serait encore qu’une prémisse, une pâle image de ce que vit la Ste Trinité depuis l’origine. Par ailleurs, Jésus nous donne un autre ordre : demeurez dans l’amour en étant fidèles à mes commandements. Quels sont-ils ? Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme et de toutes tes forces et le suivant : tu aimeras ton prochain comme toi-même. Avant d’aimer le prochain il nous faut donc aimer le Seigneur car il est l’amour de toute éternité et c’est cet amour inépuisable que nous pourrons donner aux autres en vérité.

 

Mais nous n’en sommes pas encore là. J’en reviens au premier commandement, tu aimeras le Seigneur… Avec douleur, je constate hélas trop souvent en paroisses : querelles, mépris, exigences, critiques négatives, médisances et même parfois calomnies… si le Seigneur était aimé en vérité, il serait au milieu de sa communauté. Or ces défauts que je viens de citer ne sont pas les dons du St Esprit. A cause de nombreuses rencontres que je fais et qui m’y font penser, je pourrais dire à la suite du Saint Curé d’Ars « on n’aime pas beaucoup le bon dieu par ici ».  Et maintenant, si je descendais dans l’assemblée avec un micro pour poser cette question ? Pourquoi es-tu à la messe ? Qui me répondrait avec un cœur sincère « je viens parce que je t’aime Seigneur. »

 

Peut être l’habitude a pris le pas sur l’amour. Peut-être avez-vous oublié ce qu’est, ou mieux qui est l’hostie consacrée : c’est Jésus, le Seigneur tout-puissant ! Le Fils éternel du Père de toute éternité dont le St Esprit fait l’unité ! Prenons le temps d’ici la Pentecôte de nous poser les questions : Pourquoi suis-je chrétien ? Pourquoi je viens à la messe ? Pourquoi n’y a-t-il plus de vocation sacerdotale dans notre communauté ? Remettons-nous tous en question, il n’est pas trop tard pour le faire. Il n’est jamais trop tard pour le Seigneur. D’ici la Pentecôte, supplions le St Esprit de venir embraser notre cœur, implorons le de venir rallumer la flamme dans nos communautés, demandons-lui de nous révéler le Père et le Fils. Afin d’aimer et de faire aimer notre Seigneur, que l’Esprit Saint soit au cœur de notre communauté et qu’il agisse pour le salut du monde.        P. Sébastien

Publié dans HOMELIES ANNEE B

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article