HOMELIE 7 DIMANCHE TEMPS PASCAL B BILLIERS NOYAL-MUZILLAC 2012

Publié le par Secteur pastoral de Muzillac

 

Entre le Jeudi de l'Ascension et la fête de la Pentecôte, par le mystère de la liturgie qui nous fait participer à la fois à la prière du Christ "assis à la droite du Père" et à la prière des disciples réunis à Jérusalem, en attente de l'Esprit Saint, il me paraît donc important de parler aujourd’hui de ces deux prières qui se complètent et se répondent : celle du Christ et celle de l’Eglise.

1)    L’extrait d’évangile que nous venons d’entendre est très beau. Il nous montre en effet la grande sollicitude de Jésus pour ses disciples en même temps qu’une très instante prière pour eux. A la veille de sa mort, l’inquiétude sereine de Jésus pour ses disciples est celle de leur possible infidélité. Ce souci existe encore aujourd’hui pour les baptisés qui se laissent mener par toutes sortes des préoccupations mondaines, qui ont perdu leur repère. Alors Jésus demande instamment à son Père de consacrer ses disciples dans la vérité. Aujourd’hui, la vérité dérange tout autant qu’à l’époque de Jésus.

Le message de l’évangile est en effet très souvent déformé, réduit ou banalisé. Nous en sommes aujourd’hui à l’époque où chacun se fait sa petite religion.

 

Dieu nous a pourtant lui-même communiqué un message merveilleux en la personne de son Fils Jésus Christ, et ce message n’est pas compliqué, il est tout simple : Dieu est Amour. Nous venons d’entendre ces trois mots dans la deuxième lecture, tout comme dimanche dernier. Nous sommes alors tous invités à transmettre cette bonne nouvelle : « Dieu est Amour ».

Pentecote_4-2.jpg

2)    Entre la fête de l’Ascension et celle de la Pentecôte, nous sommes même invités à participer à la fervente prière des apôtres et des disciples dont la Vierge Marie, afin de faire advenir ce règne du Dieu d’Amour, et nous savons qu’il advient en l'Esprit-Saint.

 

Pourtant, nos prières semblent bien limitées. Nous sommes pécheurs, mais, pour autant, nous ne pouvons pas nous résigner, tout comme les apôtres ne se sont pas résignés à la trahison de Judas.

 

Jésus Christ par le don de son Esprit, a en effet déposé l’Amour de Dieu au centre de notre monde, dans le cœur même de ses disciples. Puisque nous sommes tous des handicapés du cœur, des pécheurs par manque d’amour, Dieu nous a aimés le premier. Par la foi, par le sacrement de la confirmation qui nous marque à jamais de la présence de l’Esprit d’amour dans nos cœurs, par l’écoute de la Parole de Dieu et l’Eucharistie, Dieu peut changer nos vies, et par nous, il peut changer le monde. L’histoire passée ou présente de l’Eglise, malgré les erreurs ou péchés des chrétiens, le démontre suffisamment.

 

Si nous accueillons l’Esprit Saint, si nous le prions de venir instamment en nous et dans notre monde, Dieu fait en nous des merveilles; si nous demeurons fidèles à la bonne nouvelle de Jésus Christ, nous devenons à notre tour comme des sources d’amour. L’amour de Dieu en fait nous traverse pour aller vers les autres, mais demeure également en nous, pour transformer et purifier aussi nos désirs humains.       Amen                         

 

P. Jean Eudes

 

Publié dans HOMELIES ANNEE B

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article