HOMELIE ASSOMPTION + BAPTEME de Léopold à MUZILLAC 2013

Publié le par Secteur pastoral de Muzillac

 

L’avez-vous remarqué ? De nombreux lieux de notre doyenné sont consacrés à la Vierge Marie ; notre pays est lui-même consacré à Marie depuis le vœu de Louis XIII, nous portons dans nos prénoms souvent le prénom de Marie et au jour de notre baptême nous sommes confiés à la prière de Marie. Il me semble justement intéressant de contempler ces deux mystères de la foi, le baptême et l’Assomption, qui nous concernent tous aujourd’hui. Je voudrais méditer avec vous en particulier sur deux idées, les voici :

 

1)    Au baptême, nous sommes consacrés au Christ par les mains de Marie.

 

2)    Le baptême est, en quelque sorte, le début de notre assomption.

 

 Vierge-a-l-enfant-du-cloitre-de-l-abbaye-de-Landevennec.JPG

Vierge à l'Enfant dans le cloître de l'abbaye de Landévennec (29)

 

1-    Au baptême, nous sommes consacrés au Christ par les mains de Marie et de l’Eglise notre Mère ; car à chaque fois que nous parlons de Marie nous pensons également à l’Eglise dont Marie est la figure par excellence. A la fin de chaque baptême, la dévotion populaire, encouragée par le rituel, confie les petits enfants baptisés à la prière de Marie et donc à la prière de la communauté. Le rituel préconise d’ailleurs de chanter une action de grâce par le chant du Magnificat à ce moment-là. Ainsi la joie du Baptême et la joie de Marie se rejoignent en un chant d’action de grâce ! Nous atteignons par là comme le sommet de la joie : car il est certain dans la foi que vivre auprès de Dieu est possible. La joie de Marie communiquée par l’ange Gabriel : « réjouis-toi Vierge Marie » (Ave Maria), joie qui est une joie divine car Dieu est toute joie et source de joie -La joie est en effet un fruit de l’Esprit Saint - Cette joie, donc, nous concerne aussi aujourd’hui. Au baptême, nous sommes consacrés dans la joie et pour la joie, à l’image de Marie, parfois appelée d’ailleurs ND de la Joie comme à Pontivy ou à Campénéac. Il ne nous reste plus qu’à cultiver cette joie chaque jour.

 

2-    Deuxième idée : Le baptême est le début de notre assomption. Pourquoi ? Le mot « assomption » vient du latin assumptio qui signifie tout simplement « l’action de prendre ». Comme Marie fut prise, saisie par la grâce de Dieu, dès le jour de notre baptême nous nous laissons prendre dans les bras de nos parents et en tout cas dans ceux de l’Eglise par l’amour infini de Dieu. Le baptême est donc le début de notre propre assomption, élévation. On parle d’ailleurs d’élever un enfant. Pour grandir en humanité et en sainteté, il nous reste donc à nous laisser prendre chaque jour par la grâce de Dieu, dans les bras de l’Eglise, dans les bras de Marie. Autre image : comme le Christ a été comparé à un poisson, les chrétiens eux aussi sont comme des poissons qui doivent se laisser prendre à l’hameçon. Maître Eckart (mystique allemand du 14e siècle) écrivait : « Car l’amour ressemble à l’hameçon du pêcheur. Celui qui pend à cet hameçon est pris si vite que bras et jambes, bouche, yeux, cœur et tout ce qui est à cette personne n’appartient qu’à Dieu. Ne cherchez que cet hameçon, afin d’être bienheureusement pris, car plus vous êtes pris, plus vous êtes libres ».

hamecon.png

Pour terminer, je rappelle que l’Assomption est l’une des dernières grandes fêtes avec la Toussaint avant la fin de l’année liturgique, dans 13 semaines. D’ici la fête du Christ-Roi, peut-être pourrions-nous prendre la bonne habitude chaque dimanche, voire chaque soir de chanter au moins dans nos cœurs, voire en famille, le Magnificat. Nous nous laissons prendre à l’hameçon de l’amour de Dieu, si bien que nous ne nous laissons pas prendre par ce qui n’est pas essentiel ; alors : comment ne pas vivre et rendre grâce dans la joie avec Marie et l'Eglise?

 

Publié dans HOMELIES ANNEE C

Commenter cet article