HOMELIE BAPTEME DU SEIGNEUR DAMGAN AMBON MUZILLAC 2014

Publié le par Secteur pastoral de Muzillac

confirmation2.jpg

Pendant la retraite spirituelle que je viens de vivre à Entrammes (53), j’ai rencontré un évêque belge avec qui j’ai discuté entre autre sur les sacrements de l’Initiation chrétienne : le baptême, la confirmation et la 1ère communion. Il m’a laissé entendre que, en Belgique, l'Eglise étudiait la possibilité de resituer la confirmation avant la 1ère communion. Je l’ai un peu surpris quand je lui ai annoncé que je faisais vivre, à titre expérimental dans notre diocèse, avec l'accord de notre évêque, cette réforme dans les paroisses qui me sont confiées, cette année même.

 

Aujourd’hui, en cette belle fête du baptême du Seigneur, c’est l’occasion d’en dire quelque chose, je dirai à vrai dire et seulement trois choses. Une sur l’histoire de ces 3 sacrements, une autre sur le baptême de Jésus et une dernière sur l’importance de la communion.

 

1)    L’histoire des sacrements de l’Initiation chrétienne depuis 2000 ans. Au début, on baptisait les adultes et leurs enfants en leur donnant tout de suite la confirmation et ensuite la 1ère communion. Pour montrer le lien avec l’évêque et pour que l’évêque confirme, on a parfois admis une confirmation après la communion, mais seulement pour des raisons pratiques et exceptionnelles. Ce n’est qu’au XVIIIe siècle, que les évêques ont commencé à situer la confirmation de manière de plus en plus systématique, après la 1ère communion afin de pouvoir vérifier par eux-mêmes les connaissances catéchétiques des enfants. On perdait le sens de la confirmation au point qu’aujourd’hui ce sacrement est devenu le plus méconnu de tous les sacrements. Bien plus de la moitié des baptisés de moins de 50 ans ne sont pas confirmés. Cela n’est pas normal.

 

2)    Les textes de ce jour nous montrent que Jésus a pourtant reçu l’Esprit Saint juste après son baptême, en sortant de l'eau. En avait-il besoin puisqu’Il est Dieu Fils de Dieu ? Non. Mais son humanité qui est aussi la nôtre : oui. Isaïe l’avait annoncé selon la 1ère lecture, selon la deuxième lecture, St Pierre explique que l’Esprit Saint a « consacré Jésus et rempli de sa force ». Jésus nous offre ainsi de recevoir aujourd’hui l’Esprit Saint par les sacrements de baptême et de confirmation. Les 2 sacrements actuels forment ainsi le fameux "baptême dans l’Esprit Saint" dont nous parle la Bible. Et une fois reçu l’Esprit Saint, on a entendu une voix dire de Jésus : « Celui-ci est mon Fils bien aimé, en lui j’ai mis tout mon amour ». Autrement dit, l’Esprit Saint permet de vivre pleinement dans la communion avec Dieu. C’est encore l’Esprit Saint qui, aujourd’hui, nous fait entrer en communion avec Dieu et qui unifie tous les hommes à l’Eglise.

 

3)    D’où l’importance de la communion qui est le but de la vie chrétienne : la communion de toute l’humanité en Dieu, dans le feu de l’amour trinitaire. La première communion comme la communion de chaque dimanche vient le manifester et le réaliser. Cette communion est à vrai dire la chose au monde à la fois la plus belle et à la fois la plus difficile à vivre tant que nous sommes sur terre, car chacun de nous nous renâclons facilement à vivre cette communion en Eglise. On veut bien vivre éventuellement en "copain" avec Jésus -sous entendu avec l'homme Jésus - ou avec une image médiatique de notre religion -"chacun sa religion !"-, voire communier même à l’Eucharistie sans trop comprendre ou vouloir comprendre tout ce que cela implique sur un plan ecclésial, mais vivre en réalité la communion avec nos frères et sœurs que Dieu a réellement placés sur notre route, cela est autrement plus difficile. C’est pourquoi je dis parfois que l’Eglise est un miracle permanent voulu par l’Esprit Saint. Face à la diminution du nombre de chrétiens, je crois que seul l’accueil à cœur grand ouvert de l’Esprit Saint pourra changer nos vies et faire grandir la sainte Eglise.

 

Voila donc pourquoi il est si important que les baptisés soient confirmés, pourvu donc qu’ils ouvrent leur cœur à la puissance d’Amour de l’Esprit Saint. Puissent les familles et les paroisses qui entourent les confirmands ouvrir également et très largement leur vie à la communion de l’Esprit Saint. La Pentecôte est pour tous !

 

P. Jean-Eudes

 

 PS : Attention, je ne suis pas en train de dire qu'il faille aujourd'hui confirmer et eucharistier (communier) les bébés comme le font nos frères orientaux. Car la tradition latine à laquelle nous appartenons a aussi son intérêt qui est, entre autre, de former les jeunes chrétiens par l'initiation chrétienne. Je dis qu'il faut arrêter de placer la confirmation de manière systématique après la 1ère communion mais, au contraire, la replacer autant que possible avant cette 1ère communion, pour des raisons théologiques et pédagogiques. Il n'y a pas en effet de meilleure manière de se préparer à la 1ère communion que de recevoir l'Esprit Saint et de se laisser guider par Lui. Les sacrements, ce n'est pas une question d'âge physique, mais de maturité spirituelle.

Publié dans HOMELIES ANNEE A

Commenter cet article