HOMELIE DE LA FETE DIEU 2012 AMBON

Publié le par Secteur pastoral de Muzillac

Depuis mon arrivée dans le doyenné de Muzillac, avec l’aide de chrétiens actifs, et alors que nous ne sommes plus dans une ambiance de chrétienté, j’ai essayé de remettre en valeur la pastorale du baptême et de la confirmation, la pastorale du mariage et aussi celle des funérailles. [Pour cela, je pouvais m'appuyer sur le travail déjà commencé en ce sens par mon prédécesseur, le P. Jean Colléaux]. Depuis deux ans, je m’attaque à un immense problème : la pastorale de la 1ère communion. Problème, car, comme cela se voit un peu partout en France – sauf exceptions - des enfants font leur première communion sans qu’on les voit à l’Eglise ni avant ni après, ou si peu ! La moitié d’entre eux – en moyenne - arrête toute catéchèse paroissiale après la 1ère communion.

 

Par ailleurs, sans juger quiconque en particulier, les pasteurs de l’Eglise constatent également des attitudes incohérentes parmi les adultes qui communient sans vivre en suffisante harmonie avec le message de l’Evangile et de l’Eglise. Cela est souvent dû à de l’ignorance. Connaissant mon inquiétude à ce propos, des chrétiens sont venus me voir pour expliquer leur situation et je les en remercie beaucoup… Mais le plus gros problème est encore celui de l’absentéisme de nombreux baptisés au repas de famille le dimanche à la messe. Cet absentéisme ne fait qu’augmenter d’année en année. Le défi est immense alors que nos communautés sont de plus en plus fragiles.

autel-et-baptistere.png

Quelle solution apporter ? Voici quelques essais de réponse :

 

-        Que les adultes redonnent l’exemple aux plus jeunes en plaçant vraiment le Christ à la première place dans nos vies. Cela n'est pas réservé aux prêtres. Si le Christ n’a pas cette première place ne serait-ce que pendant une heure de messe dans la semaine, il n’aura souvent que la dernière ... Cela ne peut sûrement pas donner envie de suivre le Christ.

 

-        Que les adultes puissent critiquer l’Eglise et les prêtres, cela est nécessaire et inévitable car l’Eglise en son entier et les prêtres en particulier doivent toujours être plus beaux et se purifier, mais que cela ne soit pas une excuse pour se faire chacun dans son coin sa petite religion. Retrouvons donc le sens de l’Eglise comme Corps du Christ.

 

-        Nos célébrations paraissent à tort ou à raison longues et ennuyeuses. Faisons un effort pour mieux comprendre le contenu de la messe, la valeur incalculable surtout du sacrifice eucharistique, -sacrifice du plus grand Amour qui soit - , travaillons également la qualité des chants, des gestes et de l’accueil….

 

P. Jean-Eudes

Publié dans HOMELIES ANNEE B

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article