HOMELIE NUIT et JOUR de NOEL 2009 ARZAL ET BILLIERS

Publié le par Secteur pastoral de Muzillac

Cette nuit, nous ne pouvons et ne voulons pas vivre un Noël en oubliant allègrement que le Fils de Dieu s’est fait pauvre pour que toute l’humanité devienne riche d’amitié et de fraternité. Notre monde, selon le message de Noël a besoin de renaître aussi, renaître des ténèbres comme le disait à sa manière le prophète Isaïe, renaître de la mort par la Résurrection du Fils de Dieu, comme le sous-tend tout le message des évangiles dont les récits de Noël constituent le prélude, renaissance à laquelle nous participons depuis le jour de notre baptême. Puisque la naissance de Jésus est venue s’inscrire dans le cours de l’histoire humaine, je voudrais vous parler un tout petit peu ce qui a marqué notre actualité l’année civile passée, année 2009.
Cette année fut riche en évènements, heureux ou tristes, et le fait de nous retrouver très nombreux (ce soir ce matin) est en effet l’occasion de les évoquer brièvement, tous ensemble. Je retiendrai ce soir d’abord une actualité non-religieuse. Au niveau mondial, nous retiendrons d’abord les méfaits de la crise économique. Cette épreuve nécessite encore plus de solidarité et de générosité de notre part à tous. Noël nous incite au partage des richesses matérielles. Nous ne pouvons pas continuer à vivre comme si la moitié de l’humanité, notamment celle qui vit au Sud, n’existait pas. Espérons que cette crise qui se double d’une crise écologique soit l’occasion pour que les systèmes politiques et économiques continuent à changer vraiment.
Nous pouvons retenir de nombreux autres événements. Comme chrétien, je pense à toutes ces polémiques médiatiques très françaises autour de la figure du pape. Ces polémiques nous révèlent que le véritable pouvoir spirituel est désormais détenu par les médias. Jésus, lui, est né en-dehors des lumières médiatiques. A sa naissance, pas de photographe, pas de journaliste. Les historiens étaient trop peu nombreux. J’ y vois une vraie leçon pour nous. Les forums médiatiques sont sans doute passionnants à découvrir, parfois même avec toute leur technologie, il faut en tenir compte, mais là n’est pas l’essentiel. Noël nous renvoie à la simplicité de nos relations avec Dieu et avec tous nos frères en humanité, spécialement avec les plus petits. Noël nous incite d’abord au partage des valeurs spirituelles, et la première de ces valeurs est l’amour infini qui nous vient de Dieu. Nous savons bien que les soit disant progrès économiques et techniques ont considérablement déshumanisé les rapports humains. Il n’est jamais trop tard pour remettre l’homme, dans toute sa dignité d’être responsable, dans toutes ses dimensions, y compris spirituelles, au cœur de notre civilisation. Ce fut le message de Benoît XVI dans sa dernière encyclique Caritas in Veritate.
Il y a sûrement bien d’autres événements à commenter, mais il nous faut maintenant conclure. La naissance d’un enfant nous émerveille toujours. En regardant ce soir l’Enfant Jésus, nous voyons bien combien Dieu aime notre humanité qu’il a créée. Notre propre regard de l’humanité, en sortant de cette messe, en sera, je l’espère renouvelé, au moins pour un certain temps. Comme conseil plus pratique, et pour terminer, je voudrais simplement inviter chacun à faire plaisir à quelqu’un, que ce soit de manière matérielle ou spirituelle, à un enfant, à une personne malade, à une personne isolée. Ce sera sans doute une goutte d’eau. Mais changer le monde commence d’abord par des tout petits gestes. AMEN

Publié dans HOMELIES ANNEE C

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article