HOMELIE pour la TOUSSAINT 2013 AMBON / ARZAL / MUZILLAC

Publié le par Secteur pastoral de Muzillac

communion des saints

Dans les églises de France, il est de coutume de voir encore beaucoup de monde dans les églises. Encore bienvenue à tous et félicitations à vous ! Il est en effet de plus en plus difficile de venir aujourd’hui dans nos églises alors que nous vivons dans le 5e pays le plus athée au monde, après la Chine, le Japon, la république tchèque et probablement la Corée du Nord.

 

Qu’est-ce qui nous motive à venir encore, à contre courant de notre société nouvelle qui se veut libre de tout déterminisme religieux , de toute Eglise, pour fréquenter nos églises ? Ce n’est pas simplement par tradition, c’est aussi et surtout parce que nous voulons penser à nos chers défunts. C’est l’amour de nos défunts qui nous motive. L’amour est en effet le plus puissant et le beau des moteurs de la vie humaine. Et la mort met en quelque sorte sa force dans la puissance de l’amour. Nos ancêtres et nos défunts ont voulu se faire enterrer à l’église. Ils nous donnent là comme un message implicite : ils nous disent leur espérance, en tout cas l’espérance des chrétiens qui est de nous voir tous réunis en une seule famille dans le Royaume de Dieu. C’est cela la fête de la Toussaint, c’est la fête de l’assemblée de ceux qui espèrent malgré tout en la victoire de la vie sur la mort. C’est Jésus Christ qui veut ce rassemblement final. Regardons les 9 béatitudes qu’il a prononcées quelque part sur le bord du lac de Galilée il y a 2000 ans. Toutes ces béatitudes sont comme des vertus sociales, ecclésiales, elles nous permettent de vivre les uns avec les autres, dans la joie précise Jésus : la pauvreté de cœur, la douceur, la compassion, la soif de justice, la miséricorde, la pureté de cœur, le travail pour la paix, la patience devant les injustices, le courage dans le témoignage chrétien. Heureux sommes-nous si nous arrivons à vivre de ces magnifiques béatitudes : nous entrons alors dans le projet de Dieu qui est de rassembler tous les hommes, comme nous le laisse entendre chaque année la 1ère lecture de la Toussaint. Très bien, tout cela est très beau.

 

Toutefois, il est peut-être difficile de pouvoir appliquer toutes les béatitudes d’un seul coup. Cela semble un peu fastidieux. Alors, il y a une solution toute simple, c’est de commencer par la première, la pauvreté de cœur, car tout commence à cet endroit précis : dans nos coeurs. Est pauvre de cœur celui qui reconnaît humblement que rien ne peut vraiment le satisfaire complètement sur cette terre dans l’avoir, le pouvoir et le savoir. Si je reconnais humblement qu’il me manque quelque chose, alors Dieu pourra me combler. Si nous nous tournons vers Dieu, non avec un regard hautain ou fier, mais avec un cœur de pauvre, alors heureux sommes-nous, nous aurons finalement compris ce qu’est être chrétien. Etre chrétien c’est chercher Dieu de tout son coeur, tout attendre de Lui, tout accepter de bon, de beau, de vrai comme des cadeaux venant de Lui. Si nous sommes chrétiens, alors nous allons chercher Dieu en Jésus Christ et Jésus nous tourne les uns vers les autres, dans l’amour des uns et des autres, sans nous comparer, sans nous dire « celui-ci est un mauvais chrétien, alors je ne le fréquente pas », puisqu’il nous faut aimer jusqu’à nos ennemis. Alors, les béatitudes de Jésus deviendront non seulement des bonnes nouvelles pour moi, mais pour tous ceux qui vont nous entourer, pour le monde. Alors même que nous sommes faibles, poussières, nous allons pouvoir laisser le Christ et son Esprit Saint rayonner à travers nous. Comme dans la 2e lecture, on pourra vraiment dire de nous que nous nous sommes « enfants de Dieu » et que tout être humain est appelé à devenir enfant de Dieu.

 

Que les saints et les saintes de Dieu, connus ou inconnus, prient en ce sens pour nous, mais prions aussi les uns pour les autres afin que nous obtenions de Dieu « un cœur de pauvre ». AMEN

 

Publié dans HOMELIES ANNEE C

Commenter cet article