HOMELIE pour MICHEL GUEGAN, ancien conseiller général et régional, MUZILLAC LE 22.01.14

Publié le par Secteur pastoral de Muzillac

 

La mort est une chose si sérieuse qu’elle déplace physiquement beaucoup de monde, elle nous émeut beaucoup surtout quand elle touche un être cher, un homme très estimé ; puisse-t-elle également déplacer spirituellement nos esprits vers la contemplation de l’origine et la finalité de nos vies. C’est la raison de toute célébration d’obsèques. En ce sens, nous voici ainsi réconfortés par ces textes bibliques que nous venons d’entendre et qui, pour les croyants, nous révèlent le sens profond de la vie. Ces textes nous disent en somme que nous sommes créés pour vivre en communion avec Dieu, dans sa vie éternelle. Dans l’au-delà, certainement, mais également et autant que possible déjà sur notre bonne vieille terre. Cela se réalise, selon les chrétiens, par la puissance d’amour de Jésus Christ.

 

Je voudrais ici m’arrêter ici un instant sur cette idée de puissance et de pouvoir au moment où nous célébrons les funérailles d’un homme politique admiré. Les anciens, comme le philosophe Aristote, l’affirmaient : l’homme politique le plus habile sera celui qui aura le plus médité sur la vertu, la vertu au sens latin de « force ». Or l’idée chrétienne de la force du pouvoir est qu’il n’y a pas de plus grande puissance que la puissance d’amour. C’est évidemment une réponse chrétienne, mais les non croyants pourraient sûrement l’admettre. On le voit dans le fait qu’il faut beaucoup plus de force, de puissance et de vertu à patienter et à dialoguer qu’à réagir violemment et sans réflexion. La réflexion, l’attention aux autres, la méditation sur les causes et les conséquences de nos choix, tout cela est constitutif du vrai pouvoir, le pouvoir de l’amour qui se donne jusqu’au bout et qui se manifeste dans le service et le temps long. Le pouvoir politique est appelé ainsi à s’inspirer de ce vrai pouvoir spirituel de l’amour. Michel a certainement puisé dans sa foi cette sagesse du vrai pouvoir de faire le bien, du travail bien fait qui le caractérisait et du pouvoir de faire grandement attention aux autres, spécialement aux plus pauvres, aux plus petits, aux moins chanceux. Jésus, pendant sa vie terrestre, a lui-même donné beaucoup d’importance à l'attention et à l’écoute. Il a par exemple enseigné que la mesure de l’attention et de l’écoute est la clé de voûte de la réussite humaine (Mc 4, 24-25).

 

Si nous sommes si nombreux ce matin, ce n’est donc pas seulement parce que la mort nous bouleverse, c’est également pour rendre hommage à un homme qui s’est mis, avec beaucoup d’attention, au service de ses frères et sœurs en humanité, et dont le service a été très apprécié.

 

Le pape Benoît XVI a resitué au début de son pontificat la vie chrétienne en référence à la valeur de l’Amour qui se trouve en Dieu. Le pape actuel, François, est en train de nous redire que cet Amour de Dieu nous procure une grande joie, un immense bonheur, et que c’est grâce essentiellement à Jésus Christ que nous découvrons ce plus grand bonheur. Oui, si nous sommes croyants, si nous sommes baptisés et essayons de vivre en chrétiens, ne perdons pas de vue la mort et la résurrection de Jésus ; n’oublions pas non plus la Pentecôte qui est don de l’Esprit Saint pour une vie nouvelle, heureuse et harmonieuse entre tous les hommes.

 

Notre monde a tant besoin de sagesse et d’intelligence partagées, de conscience éclairée comme nous le rappelle souvent notre évêque Mgr Raymond Centène, afin de servir le bien commun, le bonheur de tous. Nous le voyons en ce moment dans l’actualité. Au moment où notre monde ne donne pas suffisamment de place au dialogue entre les sagesses et les cultures, je souhaite personnellement que la disparition à nos yeux de Michel suscite parmi nous des chrétiens qui puiseront dans leur foi la force et la beauté du service politique. Que les non croyants également s’engagent aux côtés des croyants dans l’amour et le service des citoyens. Que tous arrivent à travailler ensemble dans le respect et la bienveillance animés d’un Esprit de paix et de justice.

 

AMEN

 

P.Jean-Eudes

Publié dans HOMELIES ANNEE A

Commenter cet article