HOMELIE STE FAMILLE A BILLIERS ARZAL MUZILLAC 2010

Publié le par Secteur pastoral de Muzillac

HOMELIE STE FAMILLE  A   BIL  ARZ  MUZ  2010

1.    Le passage de Jésus en Egypte : un mystère à méditer.

Remarquons que la vie de Jésus est tellement cachée, qu’elle commence par un exil en Egypte, comme si le Messie faisait le même chemin que celui du Peuple de Dieu. Jésus est le nouveau Moïse qui sort de l’Egypte. Ce lien de notre foi à l’Egypte par Moïse et Jésus ne doit pas être oublié ni méprisé. Je suis attentif à ce que nous dit une célèbre égyptologue française sur ce rapport, Mme Christiane Desroche-Noblecourt, car, selon elle, «Le premier humanisme, on le trouve en Egypte.» «La pensée profonde, un ordre du monde, la croyance en une force supérieure, en une survie sont la marque des Egyptiens, soutient cette grande chercheuse avec force. La sagesse, la dignité humaine, tout ce que nous retrouvons dans les civilisations les plus évoluées était à la base même de la vie égyptienne.» Stele-religieuse-egyptienne.jpg
Quand vous vous rendez en Egypte, regardez les stèles au lieu de faire du tourisme, enjoint-elle! «J'ai donné du pain à l'affamé, de l'eau à l'assoiffé, vêtu celui qui n'avait pas de vêtements. Ce n'est pas de la charité chrétienne, ça? », demande Christiane Desroches Noblecourt, pour qui la réponse ne fait pas de doute. Voilà ce que l'on trouve sur toutes les stèles religieuses.» Elle a écrit un livre en ce sens : « Le fabuleux héritage de l’Egypte» : Ainsi donc l'Egypte contenait les prérequis du christianisme. C'est cela, le «fabuleux héritage». Jésus, le Christ, n’était-il pas Juif? Certes, mais c'est oublier, comme le raconte la scientifique française dans son livre, le périple égyptien de la sainte Famille, qui a pu nourrir le parcours spirituel du Messie.

2.    La famille chrétienne aujourd’hui est appelée à se modeler sur les vertus familiales de JMJ (Jésus, Marie, Joseph).

Fuite-en-Egypte--Dijon.jpgLa sainte Famille nous rappelle d’abord que ce qui fait sa première richesse, ce ne sont pas les biens matériels ou le nombre d’activités dans la société, ou la classe sociale, mais l’amour de Dieu et du prochain. Si on travaillait plus, dans notre pays, à l’unité des familles, à l’éducation des enfants dans les familles, si on revalorisait l’exemple des parents sur leurs enfants, je pense que toute notre société en serait renouvelée. Parce qu’ils sont fragiles et dépendants des autres, nous sommes tous appelés à prodiguer aux enfants et aux plus jeunes un amour privilégié, non pas en cédant à tous leurs désirs, non pas en en faisant des assistés, mais en leur offrant ce qu’il y a de plus important au monde : une bonne éducation, une bonne formation, une bonne initiation à la vie humaine, et, pour les chrétiens, à la vie chrétienne. Cette éducation s’enracine dans l’amour, et se déploie par le moyen de règles, dans une ambiance de sécurité et de protection pour l’enfant.

Pour terminer, j’exprime déjà un dernier voeu pour la nouvelle année : que l’Eucharistie soit au cœur des familles chrétiennes le signe vivant de leur unité. AMEN

Publié dans HOMELIES ANNEE A

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article