HOMELIE VEILLEE PASCALE 2012 MUZILLAC

Publié le par Secteur pastoral de Muzillac

HOMELIE VEILLEE PASCALE 2012 

Christ est ressuscité, Il est vivant, alleluia ! Tels sont les mots de la victoire de la vie sur la mort, pour les chrétiens du monde entier.  Gérald, Jade et Eliot vont participer à cette victoire immense et magnifique, en même tant que mystérieuse, car il nous faut croire sans voir pour la faire nôtre. C’est facile de croire quand on est enfant, en revanche cela est plus difficile quand on grandit, car nos sociétés sont devenues sceptiques. Ce matin à la radio, j’entendais qu’on apprend aujourd’hui aux jeunes à se méfier de tout et de tout le monde. La rue est remplie de dangers de toutes sortes. Et après tout Jésus n’a-t-il pas demandé de se méfier des hommes (Mt 10, 17) ? Car Jésus connaît ce qu’il y a dans le cœur de l’homme. Jésus savait par exemple que l’esprit est ardent, mais que la chair est faible. Alors oui, on peut se méfier des hommes, comme on peut se méfier de l’Eglise en tant qu’institution humaine. On ne peut qu’encourager ce travail de l’intelligence critique sur la vie de l’Eglise, car la foi chrétienne a bien la prétention de répondre aux défis de la raison et de ne jamais s’opposer aux vérités scientifiques dûment établies. Un exemple : le découvreur de la théorie du Big-Bang, il était prêtre, le chanoine Lemaître, cela ne l’empêchait pas de croire en la Création du monde. N’ayons donc jamais peur de faire la vérité, sur l’homme, sur l’Eglise, sur notre société, sur nous. Le pape Léon XIII affirmait que l’Eglise n’a pas besoin de mensonges. C’est tout le sens de la réception par les baptisés du cierge allumé. cire-cierge.jpgLa foi nous donne en effet de voir le monde à la manière de Dieu, dans sa lumière. Critiquer et toujours mieux comprendre de l’extérieur, c’est très bien, il n’empêche qu’on ne peut pas passer sa vie à se méfier, à douter, à soupçonner…. Ce serait invivable. La foi chrétienne nous rappelle en effet que les chrétiens, comme tous les hommes, demeurent pécheurs, même s’ils sont pratiquants. Cela n’empêche pas Jésus de prier pour l’unité de ses disciples, de confier cette unité ecclésiale à l’attention de St Pierre et de lui confier jusqu’aux clés de la maison-Eglise ! Cela n’empêche pas également d’aimer le monde et de donner notre vie pour ce monde créé par Dieu ! Aimer le monde, cela est aujourd’hui relativement facile, car nous avons la chance de vivre sur un continent riche. On voit cet amour du monde dans cet engouement pour les prochaines élections, et c’est tant mieux. Mais aimer notre vieille et Ste mère l’Eglise, âgée de 2000 ans, cela semble parfois trop dur ! C’est pourtant oublier que Jésus s’est identifié à ses disciples, à tel point que saint Paul comprendra que persécuter les chrétiens, c’est persécuter le Christ. Je voulais vous dire cela ce soir, car il me semble que la majorité des baptisés –et cette majorité n’investira pas les églises en ce dimanche de Pâques, quelle étrangeté ! – ne voient pas assez le danger de l’individualisme ecclésial. Aimez-vous les uns les autres, ce commandement commence déjà en Eglise, en Famille, en toute fraternité baptismale, tout au moins si nous prenons au sérieux les paroles et le comportement de Jésus. C’est à la condition de cet amour vrai que l’Eglise pourra être crédible aux yeux du monde quand elle lui annonce la victoire de la Vie en Jésus sur la mort. AMEN

Publié dans HOMELIES ANNEE B

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article