Jean Rohou, écrivain de talent, est annoncé à Pénerf

Publié le par Secteur pastoral de Muzillac

 Quelques paroissiens dont j'ai la charge spirituelle se réjouissent ou s'inquiètent de l'intervention de Jean Rohou, auteur du fameux livre "Fils de plouc" (que je n'ai pas lu) bientôt à Pénerf. Il viendra parler de son volumineux livre : "Le Christ s'est arrêté à Rome".
Pour ma gouverne personnelle, ne connaissant pas l'auteur, j'ai trouvé une vidéo sur internet que je vous livre ci-dessous. Vu ce que j' y entends, je trouve son propos très intelligent sur de nombreux points. Ce qui me gêne tout de même, c'est qu'il tire à boulet rouge sur ce qu'il appelle "l'Eglise officielle", notamment sur Jean-Paul II et Benoît XVI. Réduire le discours de ces papes à une morale sexuelle castratrice me semble complètement injuste. Jean-Paul II, selon Jean Rohou, aurait par exemple affirmé : "L'amour en-dehors du mariage n'est que mensonge". J'ai beau chercher une référence sur internet avec tous les moteurs de recherche possibles, y compris sur le site du Vatican, je ne trouve une telle ineptie chez aucun pape. Dommage donc que Jean Rohou n'ait pas écouté en Bretagne même (Ste Anne d'Auray) l'homélie de Jean-Paul II le 20 septembre 1996 après-midi sur le langage de l'amour (cliquer ici). Et si Jean Rohou voulait dire autre chose (?), je me permets de remettre en mémoire une évidence cartésienne : ce qui se conçoit bien s'énonce clairement.
 J'en profite ici pour rappeler que, à propos de la fameuse phrase de Benoît XVI sur le préservatif, déformée en boucle au début par un unique journaliste de France-Info, par suite par tous les médias hexagonaux en mars 2009, et par suite par presque tout le monde, j'ai  exprimé moi-même mon désaccord sur le blog de ce même journaliste (cliquer ici). Je l'avais fait aussi dans une homélie.
Malgré tout, je ne réduirai pas le propos de Jean Rohou à sa caricature de l'Eglise dite officielle. La critique est aisée, mais elle reste toujours intéressante de la part d'un grand intellectuel. Et si jamais les papes ou certains écrivains ou certains journalistes étaient nos ennemis, selon le précepte de l'évangile rappelé à juste titre par Jean Rohou, il nous faudrait les aimer et donc les respecter. Et vive le débat !    
P.Jean-Eudes Fresneau, recteur de Pénerf et d'autres lieux découverts à marée basse
 

Publié dans REFLEXION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article