LE SACREMENT DE LA CONFIRMATION

Publié le par Secteur pastoral de Muzillac

LE SACREMENT DE LA CONFIRMATION

EST CELEBRE A PARTIR DE LA 6e  DANS NOTRE DOYENNE

 

Pendant toute une époque, la Confirmation qui est, depuis l’origine, le deuxième sacrement de l’Initiation chrétienne (Baptême, Confirmation, Eucharistie) est devenu au cours du XXe siècle le sacrement de la militance chrétienne. Puisque, dans ce sacrement, le jeune confirmait sa foi, cela semblait tout à fait logique. Et on avait donc placé ce sacrement en bout de parcours de la formation chrétienne.

Cependant, les jeunes de notre doyenné qui vivent ce sacrement sont de moins en moins nombreux et de moins en moins militants. Certaines années, sur le doyenné, il n'y avait presque plus d'inscrits et on ne voyait plus les jeunes, sauf exception, fréquenter les églises.  D’où cela vient-il ? Les jeunes de notre époque auraient-ils abandonné la foi ? Non, pas forcément, mais les conditions ont bien changé depuis de nombreuses années. A vrai dire, les adolescents baptisés ne sont plus assez soutenus dans leur foi pour oser demander à vivre cette démarche. Les patros et les mouvements chrétiens de jeunes ont perdu également de leur emprise. Et, pour l’instant, nous n’avons pas encore les forces Photo0287-copie-1.jpgpastorales suffisantes pour les redynamiser.

Il nous faut donc nous adapter à cette nouvelle situation pour permettre aux enfants baptisés très petits de recevoir, avec de moins grandes difficultés, les trois sacrements qui font les chrétiens. C’est pourquoi, afin de remettre en valeur la Confirmation, l’un des trois plus grands sacrements, l’équipe pastorale de notre doyenné a décidé d’avancer l’âge de sa réception. Désormais, dans notre doyenné, les jeunes chrétiens seront confirmés à partir de l’âge de 11-12 ans, quand ils sont en général en 6e  au collège.

Cela se comprend de plusieurs manières. D’une part, à cet âge, les jeunes sont plus réceptifs aux questions religieuses qu'en 3e. Par ailleurs, c’est d’abord Dieu qui confirme les baptisés dans l’Esprit Saint. Enfin, si les jeunes confirment bien leur foi pendant le sacrement, c’est surtout l’Eucharistie qui constitue le sacrement de l’engagement (militance).

( Ci-dessus, vitrail de Billiers, représentant le sacrement de confirmation en correspondance avec le martyr du Bienheureux Pierre-René Rogues, témoin jusqu'à la mort de l'Amour du Christ).

La Profession de foi, qui est souvent appelée dans les familles la « grande Communion » ou « Communion solennelle », servira alors à rappeler l’importance de l’engagement chrétien. Les jeunes chrétiens volontaires feront désormais leur Profession de foi en 5e. Cette célébration solennelle viendra non seulement rappeler l’importance de la foi du baptême, mais aussi celle de la communion eucharistique, dans l’élan du sacrement de Confirmation reçu l’année précédente. En communiant, le jeune s’engage comme membre du Corps du Christ. Il lui est rappelé l'importance de communier chaque dimanche. Autrement dit, pour faire sa Profession de foi, le jeune devra avoir reçu les trois sacrements : Baptême, Confirmation et Eucharistie.

Pour les 4e et 3e, le collège catholique propose des heures de culture religieuse. Il existe également une aumônerie en collège publique. Tous les jeunes baptisés des deux collèges sont  invités régulièrement à se retrouver le vendredi soir et à vivre des temps forts, comme le pèlerinage des jeunes à Lourdes, le rassemblement des jeunes en octobre ou les festival des jeunes à Ste Anne.

Pour permettre la mise en place progressive de ce nouveau dispositif pastoral, l’année 2009-2010 fut particulière. Pendant cette année, il y a eu deux groupes de jeunes à se préparer à recevoir le sacrement de Confirmation. Les jeunes de 6e et 5e qui souhaitent vivre ce sacrement ont formé un premier groupe et les jeunes de 4e et 3e, un second. Ils étaient plus de 65.

On peut être baptisé, confirmé et communié à tout âge. Actuellement plusieurs adultes de notre doyenné se préparent à vivre ce sacrement.  Il n'est pas non plus interdit de se faire confirmer en 3e, comme auparavant. Selon l’Eglise catholique, en principe et selon la logique des sacrements, quand on est baptisé il faut en effet être confirmé et avoir fait sa première communion non seulement pour devenir parrain ou marraine, ou pour se marier à l’église, mais surtout pour vivre en chrétien. Attention, de nombreuses paroisses dans le monde appliquent strictement les conditions requises. Mais au-delà des règles nécessaires, puissions-nous surtout vivre en cohérence avec notre baptême et aider nos jeunes baptisés à bien vivre les sacrements de la foi en les soutenant de notre prière et de notre exemple d’adultes chrétiens.

Cette décision fut prise en équipe pastorale du doyenné de Muzillac, le 17 avril 2009,

par le P. Jean Eudes FRESNEAU curé doyen, le P. Denis MAUGAN, le P. Jean COUEDRO,

et aussi par Catherine COTTREL, Catherine BAGOURD, Agnès EON, animatrices en pastorale,

 en parfait accord avec notre évêque, Mgr Raymond Centène.

 

P.S. : Pour mémoire, le sacrement de la confirmation (ou chrismation) nous confère la marque, une fois pour toute, du Don de l'Esprit-Saint, pour qu'Il nous guide chaque jour. Dans l'Eglise occidentale, la confirmation est un sacrement donné en général par l'évêque du diocèse pour rappeler l'importance de son action dans l'Eglise. Dans les Eglises orientales (orthodoxe ou catholique), ce sacrement est donné tout de suite après le baptême, que le baptisé soit un bébé ou non.

Pour mieux comprendre ce sacrement, on peut aussi consulter le très éclairant  "Portail de la liturgie catholique" édité à la demande des évêques de France par le Service national de pastorale liturgique et sacramentelle (veuillez cliquer ici).

 

Publié dans CELEBRER

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article