Le testament de Jacqueline de Romilly

Publié le par Secteur pastoral de Muzillac

Réaction du P. Mansour Labaky au décès de Jacqueline de Romilly Romilly--de--Jacqueline.jpg

 

 

« Jacqueline de Romilly est venue me rencontrer dans un Salon du livre de Paris. “J’emporte avec moi Socrate, Platon et vos livres !” m’a-t-elle dit. J’étais abasourdi. Par la suite, nous nous sommes revus, nous sommes devenus amis. Un jour, je lui ai demandé : “Madame, je vais vous poser une question embarrassante : où en êtes-vous dans votre foi ? Excusez-moi pour cette question, je sais qu’un prêtre français n’agirait pas de la sorte… mais je suis libanais.”

Elle m’a répondu : “Mon père, je suis au seuil. – N’y a t il pas moyen de franchir ce seuil ? – Cela va être difficile. Je me suis fait baptiser en 1940… et puis c’est tout.” Plus tard, elle m’a téléphoné pour me dire : “Père, pouvez-vous passer chez moi, je voudrais que vous me parliez du christianisme.” Nos échanges étaient très libres et pleins d’humour. Elle s’est confessée. Le jour de sa première communion, son regard était celui d’une enfant de 10 ans.

Elle m’a appelé plus tard pour me dire, avec malice : “Père, vous êtes chargé de mon âme, désormais. Or, vous savez que je ne suis pas confirmée.” Nous avons donc poursuivi ce cheminement ensemble. Il m’est arrivé à plusieurs reprises de lui donner la communion. Après sa confirmation, elle disait volontiers : “Je suis maronite, maintenant.” C’était une femme d’une éthique imperturbable. Elle ne trichait pas. »

Recueilli par Laurent Larcher, du journal LA CROIX

 

Mon "humble" avis :

 

Au-delà de l'admiration pour la redécouverte de la foi chrétienne par Jacqueline de Romilly à la fin de sa vie, je voudrais faire ici un plaidoyer pour la culture grecque.

Cette culture dominait les pays bibliques, notamment au pays de Jésus. Les évangiles, le Nouveau Testament, la première liturgie, les premiers conciles, les premiers écrits patristiques nous ont été transmis en grec. Mieux comprendre le grec nous permet donc de mieux comprendre la foi chrétienne.

Par ailleurs, il reste intéressant de découvrir le meilleur de la sagesse grecque comme préparation à la vie évangélique et à la théologie.

Enfin, notre culture française et européenne se fonde en partie sur la culture grecque. De nombreux mots utilisés en science, en mathématique, en philosophie proviennent du grec.

Alors, intéressons-nous à cette culture et encourageons les jeunes à faire au moins un peu de grec pour leur culture générale.

 

P. Jean Eudes

 

 

Publié dans REFLEXION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article