Quelques opinions personnelles avec les évènements de ces jours-ci

Publié le par Secteur pastoral de Muzillac

Il est temps de partager, voire de débattre sur les causes de ces attentats. Ces avis qui suivent n'engagent que moi concernant les évènements tragiques de ces derniers jours.

 

  1. Personne ne mérite la mort. Tout comme je déplore la mort des enfants à naître, je pleure la mort de ces journalistes, de ces personnes de religion juive ou de ces policiers. La vie est sacrée, nul n'a le droit d'attenter à la vie d'autrui. Notre évêque Mgr Centène a eu raison de le souligner dans ses voeux au diocèse.
  2. Comme chrétien, je crois en la force de la prière. Avec le pape François et tous les chrétiens, je prie pour les victimes comme pour les coupables. Seul l'Amour sauvera le monde. Dans les paroisses, dimanche dernier, nous avons fait prier pour les victimes et pour la paix dans le monde.
  3. Notre président François Hollande a eu raison de demander à ses compatriotes l'unité nationale. Je n'ai pas pu manifester dimanche dernier mais j'aurais aimé le faire. Qui dit "unité" ne dit pas pour autant manque de lucidité.
  4.  Je n'aurais pas brandi une pancarte "Je suis Charlie". Je ne suis pas d'accord quand on blesse le sentiment religieux de manière si violente comme on le voit dans ce journal. Par exemple, le pape Benoît XVI a été affreusement et injustement attaqué par ces dessins ces dernières années, on ne peut l'oublier. L'un des dessinateurs, un certain Willem, aurait déclaré hier "vomir" sur le pape François alors que celui-ci a exprimé sa solidarité avec les victimes.
  5. Autant les chrétiens sont aujourd'hui habitués à la persécution et au pardon, autant les intégristes musulmans sont très chatouilleux quand on s'attaque à leurs symboles. Qui connaît l'Islam -pas seulement le Coran, mais aussi les 5000 hadiths qui racontent la vie de Mahomet- le comprend très bien. Charlie Hebdo croit encore pouvoir traiter l'Islam comme les anticléricaux ont traité le catholicisme, avec mépris et hargne, ce journal fait fausse route. Jamais les intégristes musulmans ne se laisseront faire. C'est un fait. Or Charlie Hebdo n'a pas le droit de mettre en danger la vie des autres. Ce journal doit donc revoir sa manière de tourner en dérision les religions. Et si personne ne pourra semble-t-il les y obliger, il ne reste plus qu'à espérer une prise de conscience.
  6. Il serait temps de légiférer sur le respect des religions. Si le droit de critiquer les religions doit être sauvegardé, le droit de voir ses croyances relativement respectées, comme notre Constitution le promet, doit également être protégé. Il n'est pas normal que les croyants modérés qui demandent à la Justice française de les protéger contre les agressions verbales les plus violentes soient systématiquement déboutés.
  7. Il ne faut pas confondre les musulmans modérés des djihadistes. De nombreux musulmans font un effort pour interprêter l'Islam de manière pacifique, il faut les soutenir. En revanche il ne faut pas être naïf avec les islamistes et pour cela il faut s'intéresser aux textes de l'Islam pour comprendre ce qui pousse des jeunes musulmans à devenir extrémistes.
  8. Il faut continuer à enseigner le fait religieux dans les écoles. Les instituteurs doivent être mieux formés pour répondre aux tentatives de déviation des religions qui se voient dans leur classe. Le traitement du fait religieux dans les écoles doit se faire en lien avec les autorités religieuses compétentes.
  9. La séparation de l'Etat avec les religions ne doit pas en effet empêcher l'Etat de connaître et d'écouter les religions. L'Etat français doit également demander aux religions qui sont en France de s'adapter relativement au contexte de notre pays.
  10. Laïcité ne signifie pas laïcisme, mais possibilité de vivre ensemble comme on l'a vu dans la marche républicaine de ce dimanche.
  11. Le réseau internet doit être mieux filtré contre les filières islamistes.
  12. Pour les chrétiens, il faut aller à la rencontre des musulmans pour leur faire connaître l'évangile. Dans les pays musulmans il est en effet quasiment interdit de faire connaître l'évangile à un musulman. En France, c'est possible et c'est servir la liberté des musulmans que de leur faire connaître le vrai message de Jésus.

P.Jean-Eudes

Publié dans REFLEXION

Commenter cet article

jean 17/01/2015 17:05

Comme le pape a exercé son pouvoir temporel, tant qu'il avait la tiare, et l'abandonné avec la fin des Etats Pontificaux, les dirigeants les pays à majorité musulmanes vont évoluer vers une
séparation des pouvoir. La fin des Etats Pontificaux s'est faite par une guerre (merci aux zouaves français). La fin de l'islam politique se fait par la guerre actuelle. Que Dieu nous entende.

Secteur pastoral de Muzillac 17/01/2015 20:32



Les zouaves n'étaient pas aussi méchants que nos djihadistes et la guerre défensive n'est pas interdite par l'Eglise qui ne faisait que d'ailleurs que défendre très faiblement ses pouvoirs
temporels.


L'avènement d'un Islam où l'on reconnaisse la séparation des pouvoirs est en effet la seule chose que l'on puisse raisonnablement espérer. Mais ce n'est malheureusement pas demain la veille.



P.Jean-Eudes 16/01/2015 21:09

En effet, quand le pouvoir politique détenait le pouvoir religieux chrétien, la foi faisait également loi. Il en reste en effet des traces comme en Italie.

jbb 15/01/2015 20:30

J'ai lu l'éditorial de Jean Boissonnat. il met en valeur une différence entre le christianisme et l'Islam.
1."En terre d'Islam la foi c'est la loi" car le coran est une parle directe de Dieu. N'est ce pas ce que pensaient les chrétiens et les juifs avant l'arrivée de la méthode historico-critique?
"En terre d'Islam la loi c'est la foi" Le blasphème est encore illégale dans certains pays européen, même s'il n'es plus poursuivit comme ne Italie par exemple.

P.Jean-Eudes 15/01/2015 09:58

Il faut lire l'éditorial de Jean Boissonnat dans l'Ouest France de ce matin qui résume bien la différence entre les deux religions. Dans l'Islam, entre Dieu et la politique il n'y a pas de corps
intermédiaire, il y a en tout cas un rapport direct. En revanche, le christianisme, par sa faiblesse apparente, s'est fait dominer par le pouvoir politique malgré le message de Jésus.

jbb 15/01/2015 09:11

L'islam est une religion politique. Oui actuellement mais éternellement c'est à voir. Le christianisme est-elle une religion politique? En France oui jusqu'à la révolution française. Exemple, pas
de citoyenneté pour les juifs car seul les registres paroissiaux font office d'état civil. Les protestant sont expulsé de France par Louis XIV. Dans l'orthodoxie la religion est souvent politique.
En Angleterre, en suède le chef de l'Etat est chef de la religion.