Voeux du P.Jean-Eudes pour le doyenné de Muzillac

Publié le par Secteur pastoral de Muzillac

P. Jean-Eudes                                                               Tressaint, le 31.12.2014

Curé du doyenné de Muzillac (56)

 

 

Chers amis,

 

En cette fin d’année, lors de la fête de la venue de notre Seigneur Jésus Christ en notre chair,  je voudrais vous redire tous mes meilleurs vœux de joie et de bonne santé et vous souhaiter à vous ainsi qu’à tous les vôtres une sainte année 2015.

 

En général, je n’aime pas trop écrire des lettres. Mais une fois n’est pas coutume, cette année, j’ai pensé qu’il ne serait pas idiot de vous donner des nouvelles un peu plus précises sur ce que je vis. Alors, avec vous, je voudrais rendre grâce pour les miséricordes du Seigneur. Ci-dessous, sans tout raconter, voici donc l’évocation de quelques événements qui ont pu me marquer l’année passée, sans beaucoup d’ordre ou de lien logique, si ce n’est la chronologie mensuelle, mois après mois.

 

En janvier 2014, suite à une retraite à l’abbaye d’Entrammes (53), je rejoins le doyenné de Muzillac pour une nouvelle année qui va vite se remplir. C’est le mois fastidieux des vœux, avec les 7 communes et les 8 paroisses de mon doyenné. On va ou on fait là où l’agenda le permet. Il y a aussi la très belle semaine de prière pour l’unité des chrétiens avec nos frères protestants évangéliques. Enfin, je prends sur moi d’accueillir des personnes en difficulté dans mon grand presbytère. Tant pis pour ma réputation dont je n’ai cure, j’accueille en Jésus Christ et je ne l’ai pas regretté.

 

Début mars, le carême commence bien sûr par la remise des cendres et, chez nous, le traditionnel bol de riz organisé avec les GAP Charité et le CCFD. Une récollection est proposée pour les prêtres du diocèse à l’abbaye de Campénéac et nous mettons en route sur le doyenné des rencontres catéchétiques B’ABBA pour les parents d’enfants catéchisés.  Le 26 mars, un verre d’amitié est offert en l’honneur du P. Denis Maugan, prêtre auxiliaire pour notre doyenné, qui doit partir en maison de retraite à St Joachim en Ste Anne d’Auray. Il a perdu un œil et son état de santé se dégrade. Puis le 28 mars à St Dolay (56), je dois prêcher pour les obsèques de l’ancien aumônier de la maison de retraite, le P.Jean Le Frère. Nous n’avons donc plus de prêtre âgé sur le doyenné et je le regrette beaucoup. Nous sommes donc deux prêtres (35 et 44 ans) pour huit paroisses. Le 30 mars, une petite formation au témoignage pour nos Groupes d’animation paroissiale (GAP) est donnée lors d’une récollection avec l’aide de Marie et Pierrick.

 

En avril, suite au Carême et à la Semaine sainte qui a vu entre autres le don des sacrements de l’initiation chrétienne à une adulte à Ambon, je passe quelques jours de repos en famille. Enfin, le dimanche qui suit, le P.Gildas Kerhuel bénissait la nouvelle salle paroissiale de Damgan dénommée « Jean-Paul II » au jour de la canonisation de ce dernier à Rome avec Jean XXIII.

 

En mai, « fais ce qu’il te plaît », dit le dicton. Il m’a beaucoup plu en effet d’accueillir avec les confirmands notre Evêque. Nouveauté dans notre doyenné, une quarantaine d’enfants du CE2 vont recevoir la confirmation avant de communier. Nous retrouvons du même coup l’ordre des sacrements de l’Initiation chrétienne avec la bénédiction de Mgr Centène qui viendra présider la célébration le jour de la Pentecôte, le 8 juin dernier. C’est un petit jour historique pour notre diocèse. C’est en effet l’Esprit Saint qui peut le mieux préparer à communier comme le rappelaient en vain le pape Léon XIII et de grands liturges (le P.Botte, le P.Roguet par exemple).

 

En juin, mois du Sacré-Cœur, c’est le temps des nominations. Mon vicaire, le P.Sébastien est nommé sur Pontivy et le 8 juin, notre Evêque m’avertit qu’il n’a pas de remplaçant à me proposer. Il faut faire confiance en la Providence et essayer de trouver un prêtre par moi-même ! En juin, je pars aussi découvrir une Arche de Jean Vanier située en Anjou et dénommée « La Rebellerie ». Une jeune paroissienne de Muzillac, Marie-Catherine, s’y est en effet engagée comme salariée et m’a proposé de découvrir ce lieu admirable. Puis le 22 juin voit les ordinations en vue du sacerdoce pour notre diocèse de Vannes : 2 prêtres et trois diacres. Le lendemain, les 25 séminaristes ont invité les prêtres du diocèse à une rencontre à Penboch. Ce furent des jours de grâce. Justement, j’apprends que l’un de ces diacres est affecté au doyenné de Muzillac, ce qui me réjouit beaucoup, surtout qu’il a fait des études en liturgie.

 

En juillet, nous recevons de l’aide avec le P.Matthieu Alokpa, prêtre togolais, actuellement curé à « Harlay » dans le Jura. Comme chaque année, pendant quelques jours, j’en profite pour emmener ma maman revoir sa Normandie et la famille.

 

En août, le P.Sosthène Loko, prêtre du Bénin, actuellement étudiant en Belgique prend le relais du P.Matthieu. L’été est bien chargé en rencontres et célébrations de toutes sortes. Cette année, j’ai accepté deux mariages pendant des messes dominicales. Cela se pratique en Afrique, pourquoi pas chez nous ?

 

En septembre, c’est la rentrée. Comme chaque année, nous accomplissons le pèlerinage à pied jusqu’à Ste Anne d’Auray (50 kms pour les 30 plus courageux). Par ailleurs, je passe beaucoup de temps à essayer de trouver un nouveau prêtre, mais en vain. Le P.Georgino, haïtien et père de St Jacques, nous fait la surprise de passer sur notre secteur. Nous organisons une petite soirée où il nous raconte sa vie de missionnaire en Amazonie. Mais le 14 nous devons dire « au revoir et merci » au P.Sébastien présent sur le doyenné depuis 7 ans. Je suis désormais le seul prêtre pour tout le doyenné, je vais devoir le demeurer pendant deux mois et trouver des solutions dimanche après dimanche en supprimant des messes ou en trouvant des remplaçants, sans parler des enterrements. Cette année, nous renouvelons aussi l’équipe de préparation au mariage (CPM). Fin septembre, de retour à Lisieux avec le pèlerinage diocésain et le doyenné, je confie au Seigneur par l’intercession de la petite Thérèse le soin de me trouver un vicaire.

 

En octobre, c’est la messe de rentrée pendant laquelle le doyenné accueille officiellement notre nouveau diacre, l’abbé Yves-Marie. Et puis, après sept ans d’attente, les travaux de restauration du presbytère commencent ! Pour tout cela : Alleluia ! Mais il me faut déménager au moins jusqu’à Pâques dans le presbytère de Noyal-Muzillac. Le 26 octobre, les prêtres du diocèse sont invités à découvrir les activités pastorales qui ont pris forme dans l’ancien Carmel de Vannes. C’est pour moi l’occasion de découvrir une communauté étonnante et admirable d’étudiants mexicains qui donnent une année de leur vie en mission chez nous auprès des étudiants français. Je découvre aussi l’intérieur de ce Carmel, la visite est émouvante quand on pense que tout est resté en l’état. J’ai enfin la très grande joie d’apprendre l’arrivée comme vicaire d’un prêtre du Cameroun, le P.Zacharie Ambassa, qui ne pourra arriver que le 15 novembre. Deo Gratias !

 

En novembre, après les célébrations bien chargées de la Toussaint, je m’octrois 10 jours de vacances, grâce à une invitation familiale. J’aime à répéter qu’un curé reposé repose sa paroisse. A mon retour nous avons alors la joie d’accueillir le P.Zacharie.

 

En décembre, le doyenné participe à hauteur de 55 paroissiens environ (bravo Monique !), à la lecture continue de la Bible qui a lieu jour et nuit pendant 140 heures à la cathédrale avec des chrétiens de tout le diocèse. Il s’agit de marquer l’arrivée des nouveaux lectionnaires dans les paroisses francophones du monde entier.  Le 7 décembre les cinq jeunes de la propédeutique de Ste Anne d’Auray nous rendent visite. Puis, pour marquer la fête de l’Immaculée, le Pays de Vilaine dont fait partie le doyenné, a organisé une très belle semaine de rencontres priantes ou chantantes autour de la figure de Marie, ND / Vilaine. Je découvre à ce moment là, à Questembert, le chanteur Laurent Grybowski qui m’a impressionné par son engagement auprès des pauvres. Le 12 décembre, j’accueille à manger mon confesseur ainsi que son aide au prêtre, Juliette, qui vient de fêter ses 100 ans. Elle reste verte et en bonne santé. Le 14 je suis invité à prêcher sur St Jean de La Croix au Carmel de Rennes où je retrouve de temps en temps ma fraternité sacerdotale. Enfin, pour les célébrations de Noël nous recevons de l’aide du P.Jean-François Audrain, ancien aumônier des motards et actuellement directeur au Séminaire français de Rome.

 

Et pour terminer l’année en beauté, je profite de la semaine la plus calme de l’année dans le doyenné pour partir cinq jours en retraite spirituelle personnelle, cette fois-ci et pour la première fois à Tressaint près de Dinan. Chaque année je change de lieu. Tressaint est un foyer de charité qui regroupe environ 80 chrétiens de style charismatique sur deux maisons. C’est une très belle communauté qui fait un travail remarquable d’évangélisation par les retraites depuis presque 50 ans. Pendant cette retraite, et puisque je me trouve dans une communauté charismatique, j’en profite pour étudier la formule que je trouvais un peu mystérieuse jusqu’à maintenant : « effusion de l’Esprit Saint ». C’est très intéressant et je vous souhaite de faire la même recherche. Il y a là un très grand trésor.

 

Voilà à quoi ressemble à peu près ma petite vie en ayant bien conscience que je ne peux pas tout raconter, mes lectures par exemple (sur St François d’Assise, sainte Thérèse de Lisieux, Ste Thérèse d’Avila dont nous fêtons le cinquième centenaire de la naissance). Je rends grâce à Dieu pour tout ce qu’il m’est donné de vivre.

 

Chers amis, permettez-moi maintenant de vous souhaiter pour une seconde et dernière fois une sainte année 2015, en vous assurant de ma fraternelle prière à toutes vos intentions !

 

P. Jean-Eudes

Commenter cet article