BAPTEME D'UN PETIT ENFANT (0-3 ans) + Critères pour le choix du PARRAIN et de la MARRAINE







Jésus s'approcha de ses apôtres et leur adressa ces paroles :
« Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre.
Allez donc !
De toutes les nations

 faites des disciples,
baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ;
et apprenez-leur à garder tous les commandements que je vous ai donnés.
Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde

Selon l'évangile de Saint Matthieu 28, 18-20





« Laissez les enfants venir à moi,


ne les empêchez pas,


car le Royaume de Dieu

est

à ceux qui leur ressemblent »


Selon l'évangile de Saint Marc 10, 14




Textes de la Bible de La liturgie Tous droits réservés © AELF

Les premières questions à se poser avant même de faire une demande de baptême pour son enfant, devraient donc être :

"
Ai-je bien l'intention
que mon enfant devienne disciple de Jésus Christ ? Est disciple de Jésus celui qui vit joyeusement en relation étroite et définitive avec Lui, en marchant humblement à sa suite, en observant la volonté de Dieu, en portant sa croix chaque jour et en donnant sa vie par amour,
 jusqu'à la mort laquelle est le passage vers la vraie Vie.
   
Suis-je bien d'accord
pour que l'Eglise lui enseigne les commandements de Jésus Christ, notamment par la catéchèse et la messe du dimanche ?
Suis-je bien d'accord
pour que mon enfant connaisse et aime Jésus Christ ?
Qui va emmener mon enfant à l'église ?
Si je suis baptisé,
qu'ai-je fait moi-même des engagements de mon baptême ?"


Il est possible que les parents soient loins de telles considérations.
"Cela fait si longtemps
que nous n'avons pas fréquenté la Bible ou l'Eglise !"
Les mots peuvent manquer pour exprimer de telles intentions.
Pas de panique : vous êtes -hélas- nombreux dans cette situation.
Cela signifie qu'une préparation plus solide au baptême des petits enfants
 s'impose pour les parents demandeurs.

Le doyenné de Muzillac, depuis fin 2007, 
a donc mis en place une préparation plus étoffée
 au baptême des petits enfants 
 
afin d' encourager les parents
dans leur engagement auprès de leur enfant.
 
 
            Attention, l’inscription au baptême comporte l’engagement signé des parents de l’éveil à la foi et de la catéchèse de l’enfant en temps voulu. Si cet engagement n’est pas honoré par les parents, le baptême des enfants qui suivent est alors non pas refusé mais différé.
En effet, il n'est pas juste de faire baptiser un petit bébé sans lui donner une éducation selon son baptême.
Si on ne peut ou ne veut pas lui donner cette éducation,
il vaut mieux le laisser choisir d'être baptisé ou non
quand il sera en âge de comprendre. Encore faut-il lui donner la chance de découvrir de vrais témoins du Christ ressuscité.
On peut alors présenter son petit enfant au Seigneur
 lors d'une petite cérémonie qui ne sera pas un baptême,
mais un accueil de la demande de baptême.
St Augustin vécut au IVe siècle ce genre de cérémonie, cela ne l'a pas empêché de devenir l'un des plus grands saints de l'Eglise.
Il vaut mieux, en effet, prendre son temps
plutôt que se précipiter sur un baptême
 que l'on comprend encore mal
et dont on ne pourra -au moins peu à peu- honorer toutes les exigences.
Il faut savoir qu'aux yeux de Dieu qui regarde le fond des coeurs, le désir de baptême vaut baptême.                                                                                                              
En cas de danger de mort de l'enfant, toute personne bien intentionnée -même non baptisée- peut baptiser cet enfant en versant de l'eau sur la tête et en disant : "Je te baptise au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit". 


Attention ! Pour le choix du parrain et de la marraine, si vous n'êtes pas sûrs,  il vaut mieux en parler avec votre curé avant toute décision. Le choix du parrain et de la marraine ne doit pas se faire seulement selon les convenances et les intérêts, mais en tenant compte de la foi du parrain, de la marraine et de leur vie chrétienne. Un non-baptisé ne peut pas être parrain ou marraine. Le parrain et la marraine doivent avoir seize ans accomplis, être baptisés dans l'Eglise catholique, avoir fait leur première communion et avoir reçu le sacrement de confirmation.
Quand on regarde attentivement les textes canoniques de l'Eglise (cliquer), et contrairement à ce qu'on entend un peu partout, on se rend compte que le choix d'un parrain et d'une marraine n'est pas obligatoire. On peut aussi choisir un parrain seul ou une marraine seule.

A noter que, depuis 2012, les baptêmes se font désormais pendant les messes dominicales (samedi 18h et dimanche 11h), cela pour plusieurs raisons :
  
1. Les prêtres étant moins nombreux, il faut bien dire que cela leur fait gagner du temps et de l'énergie !
2. Les chrétiens ayant peu conscience de l'importance du baptême, il est bon de célébrer le baptême de manière plus festive.
3. Les chrétiens ont souvent oublié que le baptême est entrée dans l'Eglise, famille de Dieu. Il est bon de le rappeler. Présenter le futur baptisé à la fin de la messe était déjà bien, mais laisser l'assemblée partir alors que l'enfant arrive dans la communauté n'était pas très accueillant.
 
Si vraiment on ne supporte pas les baptêmes pendant la messe, on peut faire appel à un diacre ou à un prêtre extérieurs au doyenné. Si pour une raison sérieuse, on ne peut baptiser pendant une messe dominicale, nous trouverons ensemble une solution. Les baptêmes sont annoncés le dimanche qui précède et souvent dans le Ouest-France. 
 
Jours et lieux des baptêmes :
Muzillac : presque tous les dimanches à 11h.
Damgan : certains samedi soir (en début du mois) à 18h ou le 5e dimanche du mois à 11h. En juillet-août, à 11h.
Pénerf : le samedi soir du 3e dimanche du mois. Pas de baptême en juillet-août.
Ambon : le 1er dimanche du mois à 11h (sauf en août)
Noyal-Muzillac : le 2e dimanche du mois à 11h. En juillet et août, voir avec le curé.
Arzal : le 3e dimanche du mois à 11h. En été, voir avec le curé.
Le Guerno : le 4e dimanche du mois à 11h. En été, voir avec le curé.
Billiers : le samedi à 18h
 
S'il est beaucoup mieux et logique de baptiser dans sa paroisse, on peut accepter un baptême dans une autre paroisse, voire dans un autre doyenné pour une raison sérieuse. Dans ce dernier cas, l'inscription se fait avec le curé de Muzillac, après que les parents aient participé aux deux premières réunions avec le doyenné de Muzillac. Lors de cette inscription, le curé donne l'autorisation de baptiser en-dehors du doyenné. Ensuite, une réunion a lieu avec le célébrant de l'autre doyenné avant le baptême de l'enfant.  

 
Lorsque vous avez suffisamment réfléchi,
vous pouvez prendre contact avec le presbytère de votre paroisse
 (Pour Muzillac, Noyal-Muzillac, Arzal, Le Guerno, Billiers, Damgan, Ambon et Pénerf : 02.97.41.67.49).

La préparation comprend :

1°) L'inscription de la demande au presbytère avec monsieur le curé,
 ce qui permet de fixer la date, le lieu et l'heure du baptême.
Il faut la faire au moins trois mois avant la célébration,
en prenant rendez-vous. Pour les parents mariés à l'église, apporter le livret de famille chrétienne.
2°) Une rencontre commune avec d'autres parents et paroissiens
 pour évoquer le sens du baptême et de la vie chrétienne
 à partir d'un DVD.
3°) Une rencontre avec une équipe de fidèles laïcs 
afin d'évoquer l'éducation chrétienne de l'enfant.
Vous serez invités à écrire un projet d'éducation chrétienne.
4°) La préparation de la cérémonie avec le prêtre célébrant, l'équipe liturgique et, éventuellement, d'autres familles qui baptisent le même jour.


Bonne préparation au baptême
et beaucoup de bonheur !
   
 Voir aussi :  25 QUESTIONS SUR LE BAPTEME (diocèse de Montréal au Canada)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :