CATECHESE DES ENFANTS ET DES JEUNES

"Cherchez d'abord le Royaume de Dieu et sa justice" a demandé Jésus à ses disciples (évangile de St Matthieu, chapitre 6, verset 33).

 

Au jour du baptême de leur petit enfant, par amour pour lui, les parents prennent publiquement l'engagement de "l'éduquer dans la foi et de lui apprendre les commandements, pour qu'il aime Dieu et son prochain comme le Christ nous l'a enseigné" (Rituel). Le parrain et la marraine de l'enfant prennent également l'engagement d' "aider les parents à exercer leur responsabilité"(Rituel). Le doyenné demande à ce qu'un "aîné dans la foi" soit choisi pour accompagner et initier l'enfant à la vie chrétienne. Une bonne éducation chrétienne -car on ne peut se contenter d'une éducation médiocre- est en effet le plus beau cadeau que l'on puisse offrir à un enfant baptisé.

Il faut souligner que la catéchèse d'un enfant est souvent l'occasion pour ses parents, marraine et parrain, comme pour tous les adultes de redécouvrir leur propre vie de foi. Comment, en effet, susciter cette vie de foi chez son enfant si ses parents et parrains ne s'y investissent pas eux-mêmes ?

Les parents sont à ce titre les premiers catéchistes de leur enfant. Parmi eux, ou dans l'entourage très proche de l'enfant, un "aîné dans la foi" est désigné par les parents. Cet aîné dans la foi, un chrétien pratiquant ou qui réapprend la pratique religieuse en lien avec un chrétien pratiquant, est en quelque sorte le catéchiste privilégié de l'enfant dans la vie de chaque jour. Désormais, dès le baptême, il est demandé aux parents de désigner cet aîné dans la foi.  Les parents doivent ainsi donner le meilleur exemple possible à leur enfant, ne pas empêcher leur enfant d'aller à Jésus et donc à l'église. Ils peuvent se faire aider par la paroisse et/ou l'école catholique pour un éveil à la foi. Des bibles ou livres pour enfants sont prêtés par exemple par le doyenné (aux Buissonnets) ou en vente dans les librairies (La Procure à Vannes) ou sur internet. Il ne faut pas attendre le dernier moment pour emmener son enfant à l'église et lui apprendre le signe de la croix, le Notre Père, la prière à Jésus et le Je vous salue Marie. Faut-il rappeler qu'emmener son enfant à l'église chaque dimanche devrait aller de soi ?

Puisque les parents et parrains se sont engagés à l'éducation chrétienne de leur enfant, les enfants baptisés ont donc droit à cette éducation chrétienne. Ce droit constitue un devoir spirituel et moral pour les parents et les parrain/marraine, avec ses contraintes et ses obligations sans doute, mais comme pour tout autre engagement. Quand on aime son enfant, quand on aime Dieu, ce devoir est finalement facile à porter. C'est même une grande joie à partager ou à redécouvrir.

    Dès que l'enfant entre en CE1, ses parents l'inscrivent à la paroisse à la catéchèse familiale qui prépare l'enfant à la Communion et qui dure trois ans, cela quelle que soit l'école fréquentée. Les parents sont invités à rencontrer, lors de réunions dans l'année, Agnès EON et le P.Ephrem LALEYE qui leur expliquent ce qui est à transmettre à l'enfant à l'aide de documents. Une célébration de remise de la croix est prévue en fin d'année scolaire, ainsi que deux autres célébrations préparatoires à la Communion. Des réunions sont prévues pour les parents, mais les enfants vivent désormais une catéchèse de groupe, soit à l'école catholique, soit aux salles paroissiales le lundi ou le vendredi à 17h (pour les enfants des écoles publiques).

La deuxième année de catéchèse familiale est très importante car l'enfant prépare à recevoir  le sacrement de la confirmation et va vivre auparavant sa première confession auprès d'un prêtre pour recevoir la joie du pardon. Il s'agit pour l'Esprit Saint de confirmer la vie chrétienne du baptisé en vue de la Communion et du témoignage de l'Amour. Une rencontre personnalisée (enfant et parents) avec un prêtre ou un diacre est prévue dès que possible. Certains parents estiment qu'il y a trop de réunion pour cette préparation. Rien n'interdit d'étaler alors ces réunions sur deux ou trois ans, si cela leur convient. La confirmation n'est pas d'abord une question d'âge mais de maturité spirituelle et de disponibilité à l'Action de Dieu.

 

La troisième année de catéchèse familiale prépare au sacrement de la première communion, a priori en CM1. Il s'agit de la Communion au Christ et à son Corps qui est l'Eglise, en vue de témoigner dans le monde de l'Amour de Dieu et de l'amour du prochain. Pour autant, si un enfant plus jeune est suffisamment prêt pour recevoir l'Eucharistie -cela peut se vérifier auprès d'un prêtre-, la communion peut avoir lieu plus tôt. Pour les parents et l'aîné dans la foi, une rencontre personnalisée est à prévoir en début d'année scolaire pour faire le point avec un prêtre : P.Johannès (06 86 94 90 19), P.Ephrem (06 81 83 43 31) ou P.Jean-Eudes (06 87 45 48 79). Cette année est très importante car on est baptisé et confirmé pour communier vraiment et fidèlement à Jésus Christ en Eglise. A noter qu'il n'y a plus de date unique de première communion dans chaque paroisse. Certains parents avaient en effet tendance à se focaliser sur cette date en délaissant la préparation spirituelle de leur enfant. La fête et les repas de famille sont au service de la vie sacramentelle, et non pas l'inverse. La date se choisit en fonction de cette préparation spirituelle et la communion se vit en communauté chrétienne.

 

Attention, comment les enfants peuvent-ils accueillir ces sacrements si leurs parents ou au moins leurs aînés dans la foi ne les accueillent pas eux-mêmes ? Par exemple, comment les enfants peuvent-ils faire leur première communion, si leur famille ne vient pas à l'église le dimanche ou n'organise pas au moins la pratique religieuse de leur enfant ? Si ce n'est pas le cas, il vaudrait mieux pour le bien de l'enfant éviter l'incohérence d'une communion sans suite, et attendre que l'enfant fasse lui-même le choix de recevoir ce sacrement chaque dimanche quand il pourra se rendre à l'église sans être accompagné. On peut demander à faire sa première communion en vérité quasiment à tout âge. Il y a un peu plus d'un siècle, on faisait sa première communion à l'âge de 12 ans, un peu avant de rentrer dans la vie active, à l'âge où les choix personnels se font plus facilement.

 

Pour soutenir le désir de première communion de l'enfant, deux rencontres du prêtre de la paroisse avec l'enfant et ses deux parents sont donc désormais prévues systématiquement, en début d'année scolaire, une en 2ème année de catéchèse familiale (année de la confirmation) et une seconde en 3ème année de catéchèse (année de la première communion). De plus, comme nous l'avons déjà dit, l'enfant est accompagné par un(e) "aîné(e) dans la foi". Ce dernier -si possible l'un des parents- a pour mission de guider l'enfant au jour le jour dans la vie chrétienne dans ses trois grandes dimensions : croire, prier, servir.



En CM2 (ou âge correspondant), les enfants vivent une catéchèse de persévérance. A partir de septembre 2010, il est prévu sur le doyenné une inscription à la paroisse pour les propositions de temps fort (une journée par trimestre) et une célébration avec remise de bible ou de livre de prière ou de CD de chant religieux. Le sacrement du pardon est prévu chaque année.

Au collège, sur notre doyenné, le sacrement de la Confirmation est encore proposé dès la classe de 6e pour les enfants qui ne l'ont pas encore reçu. On peut également vivre le sacrement de baptême ou la première communion. La catéchèse en collège catholique ou à l'Aumônerie de l'enseignement publique (AEP) est pour ceux-là obligatoire.
Il est possible que des plus grands au collège ou au lycée, des parents et parrains/marraines puissent en profiter pour vivre eux aussi un ou plusieurs sacrement(s) (baptême, confirmation, première communion) s'ils ne l'ont pas encore reçu. Ce serait un témoignage fort pour les plus jeunes.

La Profession de foi, pour notre doyenné, est désormais fixée en 6e ou 5e, tous les deux ans. Elle viendra clore la catéchèse de l'initiation chrétienne par le rappel de la foi du baptême et une communion solennelle. L'engagement de cette communion pour les jeunes sera de persévérer à communier en Eglise au Corps du Christ chaque dimanche et à témoigner dans leur vie de chaque jour en fidèles témoins du Christ. Ceux des collégiens qui veulent vivre cette belle cérémonie devront avoir reçu le baptême et la confirmation auparavant et avoir suivi l'année de catéchèse.

En 4e et en 3e, et ensuite au lycée et en aumônerie des étudiants, des temps de catéchèse, des temps forts, des célébrations et des pélerinages (rassemblement diocésain, Festival des jeunes en juillet, Lourdes, Mont St Michel, JMJ...) sont proposés.

Pendant les années de collège, des rencontres en aumônerie de jeunes sont proposées régulièrement aux Buissonnets (voir avec Agnès EON ou le P.Ephrem).

A partir de la 3e, pour les "grands jeunes" (lycéens et étudiants), l'abbé Yves-Marie Kindel propose le "ciné-forum" une fois par mois, le samedi soir, aux Buissonnets.

Pour les enfants ou jeunes non baptisés, la catéchèse leur est bien sûre ouverte et la proposition du baptême leur est offerte. On peut être baptisé à tout âge.

 

Des parents, devant les exigences de la vie et de l'éducation chrétiennes, cherchant alors la facilité illusoire, vont inscrire leurs enfants dans d'autres doyennés. Evidemment, pour le bien des enfants, ils n'ont pas l'autorisation du curé de Muzillac pour le faire. 

Enfin, j'estime qu'un enfant ou un jeune a besoin de trois lieux de vie chrétienne pour demeurer attaché fidèlement et aisément au Christ et aux autres chrétiens. Ce peut être : la famille, la catéchèse, la messe du dimanche, un mouvement chrétien, une école catholique, un camp ou un pèlerinage, un service à la paroisse....



Texte révisé le 29.06.2017 par le P.Jean-Eudes



 

Publié dans CROIRE