MONTANT DES OFFRANDES VERSEES A L'OCCASION DES CELEBRATIONS ET DU DENIER DE L'EGLISE

L'Eglise ne peut vendre des célébrations sous peine de simonie (cf. Simon le Magicien de Samarie en Ac  8, 9.13.18.24). En effet, la grâce, l'Amour de Dieu n'ont pas de prix ! Le Christ Jésus a payé de sa propre vie une fois pour toutes sur le bois de la croix.

    S'il n'a pas de prix, communiquer le Don de Dieu a un coût. Nous ne vivons pas encore tout à fait comme les anges !
L'Eglise, qui se veut "servante et pauvre"  à la manière de son divin Maître, a la chance de pouvoir vivre presque partout en France d'aumônes, de quêtes, de legs et de dons, notamment depuis la séparation de l'Eglise et de l'Etat (1905).
Tous les catholiques doivent, autrement dit, se sentir alors responsables de la subsistance de leur Eglise. Chaque baptisé catholique, s'il le peut, est tenu de verser une fois par an le Denier de l'Eglise (autrefois appelé "denier du culte").

 

Voir le site (cliquer) du DENIER DE L'EGLISE.



MONTANT INDICATIF DES HONORAIRES (proposé dans le diocèse de Vannes depuis le 01.04.2014) :

- pour une messe ou un service : 17 euros.
- pour un baptême : 60 euros.
- pour un mariage : 180 euros. [A titre de comparaison, une robe de mariée vaut en moyenne 1000 euros et un mariage engage en moyenne 8000 euros].
- pour des obsèques : 150 euros.

- pour les noces d'or, de jubilés ou autres célébrations solennelles : 100 euros.
- pour une autre célébration : montant libre. On ne donne rien à l'occasion des obsèques d'un petit enfant, d'une confession ou d'une onction des malades.

Montant conseillé pour la quête : 1, 50 euros.
Montant conseillé pour le Denier de l'Eglise (une fois par an) : l'équivalent d'une journée de salaire.

Un ministre ordonné ne peut, bien sûr, refuser un montant inférieur aux indications proposées ci-dessus. On ne peut jamais demander aux fidèles ce qui est au-dessus de leurs moyens ou ce qui pourrait les mettre dans la gêne. 

 

"Les fidèles sont tenus par l'obligation de subvenir aux besoins de l'Eglise".

(N°2043 du Catéchisme de l'Eglise catholique et canon 222§1 du Code de droit canonique).

"Les commandements de l'Eglise, dit le CEC, concernent la vie morale et chrétienne unie à la liturgie et se nourissant d'elle. Le caractère obligatoire de ces lois positives édictées par les autorités pastorales a pour but de garantir aux fidèles le minimum indispensable dans l'esprit de la prière et dans l'effort moral, dans la croissance de l'amour de Dieu et du prochain".

 

Mais l'essentiel est bien de donner de manière libre, responsable,  juste et heureuse.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :