QUELQUES INFOS UTILES A PROPOS DES OBSEQUES

PREMIERES DEMARCHES
Les familles en deuil prennent en général contact avec les pompes funèbres qui se chargent de faire le lien avec la paroisse. On peut aussi prendre directement contact avec le presbytère de Muzillac (02.97.41.67.49). Attention, ce n'est pas à la famille ou aux Pompes funèbres de décider de l'heure, du lieu et du jour des obsèques religieuses, mais bien au prêtre de la paroisse qui tient compte du souhait de la famille mais aussi des disponibilités de la paroisse et des pompes funèbres. Autrement dit, on ne peut faire publier d'annonce dans le journal sans l'accord explicite du prêtre (06.87.45.48.79, tél. en dernier recours).

PREPARATION DE LA CELEBRATION
Un rendez-vous est pris entre la famille et l'officiant. Une équipe de fidèles laïcs bénévoles seconde l'officiant dans l'accompagnement des familles en deuil. Des documents sont remis à la famille pour préparer cette réunion. L'officiant essaie de tenir compte de la personnalité du défunt et de sa famille.

LE LIEU DES OBSEQUES
Sur le secteur pastoral (doyenné) de Muzillac, les obsèques se célébrent uniquement dans les églises paroissiales. Au cimetière, l'équipe d'accompagnement assure en général un temps de prière après les obsèques. A la demande des familles, une veillée de prière peut-être assurée par l'équipe d'accompagnement, avant les obsèques, au funerarium ou à domicile.

QUAND CELEBRER ?
Les prêtres n'étant pas nombreux, il est important de s'assurer du lieu et de l'heure selon les disponibilités du prêtre.
On ne célèbre pas d'obsèques le dimanche et les jours fériés. Les Vendredi et Samedi saints, en mémoire de la mort et de la mise au tombeau du Christ, la liturgie de l'Eglise prévoit des obsèques sans la sonnerie des cloches, sans orgues, sans fleurs et sans Eucharistie. Il ne faut pas y voir là une sorte de "punition", mais au contraire une chance d'être plus profondément associé à la mort du Christ.  

 

LA DUREE DES OBSEQUES

Il faut compter à peu près une heure de célébration. Ensuite cela dépend s'il y a l'Eucharistie ou non, du nombre de participants à l'office, du nombre de chants et de textes à lire et aussi ... de la manière de célébrer de l'officiant.

 

UN NON BAPTISé A-T-IL LE DROIT A DES OBSEQUES CHRETIENNES ?

A priori, non, un non-baptisé n'a pas le droit à de telles obsèques. Rien n'est prévu en effet par le rituel de l'Eglise en ce cas, sauf pour les bébés non baptisés. Mais aujourd'hui, la plupart des prêtres en France autorisent de telles célébrations en accord avec leur évêque, si le défunt en a exprimé le désir et si sa famille en fait la demande. Le rituel est alors adapté afin de respecter la vérité de la situation.

 

COMMUNIER AUX OBSEQUES ?

Aujourd’hui comme hier, communier au cours de la messe suppose pour tout baptisé d’y avoir été initié par une préparation appropriée (catéchèse), de participer à la vie de l’Eglise et de ne pas être exclu de la table eucharistique par un péché grave. Communier n'est ni un geste banal, ni un geste conventionnel. C'est un geste de grande foi. Un passage par le sacrement de réconciliation (confession) peut être nécessaire (cliquer).


DES OBSEQUES SANS PRETRES ?
Depuis la Toussaint 2009, dans notre doyenné, sur toutes les paroisses, des laïcs bénévoles sont habilités par le diocèse à conduire des célébrations d'obsèques en l'absence de prêtre, surtout le lundi. Ces laïcs ont reçu une formation solide (15 journées validées) et leur service a été officiellement reconnu lors d'une célébration par un proche représentant de l'Evêque. Cette suppléance s'explique par le manque de plus en plus grand de prêtres. Les funérailles n'étant pas en soi un sacrement, un décret pour la pastorale des funérailles de Mgr Centène, daté du 21 novembre 2006, le permet et en précise clairement les conditions.

Que les familles qui pensent qu'un prêtre ou un diacre ami, habitant en-dehors du doyenné, pourra assurer la présidence des obsèques, préviennent au plus tôt la paroisse du lieu des obsèques, afin d'en faciliter l'organisation.

 

Pour l'instant, les célébrations sans prêtres se sont très bien déroulées et les familles ont toujours manifesté leur gratitude aux laïcs bénévoles qui donnent beaucoup d'eux-mêmes.

 

Voici la liste des fidèles laïcs habilités par le diocèse pour conduire des funérailles religieuses sans prêtre :

 

Pour les seules paroisses de Muzillac, de Billiers et d'Ambon : Edouard Kerrouault, Thérèse Le Jallé, Hélène Poilane, Jacques Poilane, Yvonne Saloux, Mylène Le Roux, Elizabeth Davignon et Didier Dupuis. 

 

Pour les seules paroisses de Noyal-Muzillac et du Guerno : Odile David, Anne-Marie Huguet et Christiane Douaud.

 

Pour les seules paroisses  d'Arzal et de Pénerf : Lucie Flohic, Marie-Thérèse Rio, Hervé Thierry et Nicole Sarreau.


Pour la seule paroisse de Damgan : Marylène Maury.


VEILLEE DE PRIERE
A la demande des familles, l'équipe d'accompagnement peut assurer la conduite d'une veillée de prière près du défunt. Sinon, on peut trouver des documents au presbytère de Muzillac.

CREMATION ou INHUMATION ?
L'Eglise n'interdit plus la crémation des corps depuis 1963, mais elle garde sa très grande préférence pour l'inhumation, manière pleine de sens utilisée pour le Christ Jésus dont les chrétiens sont disciples. L'Eglise encourage en tout cas  les familles à ne pas garder les urnes funéraires dans les maisons ou à ne pas disperser les cendres, tout cela afin de faciliter le travail de deuil. L'Eglise demande aussi que les urnes funéraires ou les cendres ne soient pas "oubliées" par les familles, comme cela se constate malheureusement dans les crématoriums ! A la demande des familles, un temps de prière peut être assuré au moment où on dépose l'urne dans le colombarium du cimetière. (Voir l'article suivant : Que faire des cendres?). Voir aussi en haut (en P.J.) le texte ecclésial de 2016 qui nous donne les dernières normes en vigueur en la matière.


TOUSSAINT
Au moment de la Toussaint, généralement dans la célébration de l'après-midi (15h), les noms des défunts de l'année passée sont cités. Une prière au cimetière est également assurée.
Dans certaines paroisses, une messe est offerte le lendemain, 2 novembre, en commémoration de tous les fidèles défunts.

BESOIN D'UN ACCOMPAGNEMENT
Une personne veuve peut ressentir le besoin d'être accompagnée. Un service paroissial assure cette proximité en favorisant l'écoute et le partage. Contact : Thérèse LE JALLE (02.97.41.52.34), responsable diocésaine du mouvement Espérance et Vie (cliquer ici), et paroissienne sur le doyenné de Muzillac.

 

FAUT-IL EMMENER LES ENFANTS AUX OBSEQUES ?

Il est très bien de le faire. Seulement, il faut veiller à ne pas emmener les enfants à l'église seulement à l'occasion des obsèques ou des messes anniversaires. Sinon, ils ont tendance à toujours associer les lieux d'église à des espaces de mort et à ne pas aimer y retourner...

 

QU'EST-CE QUE L'EGLISE PROCLAME A L'OCCASION DES OBSEQUES ?

Un message d'espérance en la Vie éternelle. Pour les chrétiens, le Christ a vaincu la mort par sa Résurrection (cliquer ici). Il veut entraîner tous les hommes à sa suite pour les faire accéder à "une Terre nouvelle et des Cieux nouveaux" où régnera la justice. Des obsèques peuvent donc être très douloureuses, mais elles comportent toujours un élément de profonde Joie. Là se trouve la source de toute consolation.

 

SUFFRAGES POUR LES DEFUNTS

Voir les numéros 248 à 260 du Directoire sur la piété populaire et la liturgie de la Congrégation pour le Culte divin et la discipline des sacrements de 2001. Ce texte redonne le sens officiel et universel des prières pour les défunts dans l'Eglise catholique.

 

SERVICES ET MESSES
Les familles et leurs amis aiment à faire célébrer des messes pour les défunts. Dans la foi, la messe est en effet l'acte du plus grand amour, de la plus grande prière et donc du plus grand service que l'on puisse rendre aux vivants et aux morts. Au moment des obsèques, selon la tradition bretonne, les familles offrent donc des "services". La communauté chrétienne, souvent avec la famille en deuil, prie elle-même pour le défunt à la messe du dimanche qui suit les obsèques.

Les familles demandent souvent une messe de huitaine (ou d'octave) ou une messe anniversaire. Selon le nombre de services et le souhait des familles, un calendrier des messes aux intentions du défunt est fixé dans l'agenda du presbytère. Ces messes sont publiées dans le bulletin paroissial (pour le secteur de Muzillac) et annoncées le dimanche qui précède. Pour la paroisse de Damgan/Pénerf, les services ou messes pour les défunts sont notées par Marie-Louise Danion (02.97.41.27.24). Pour la paroisse d'Ambon, c'est Gisèle Magrès (02 97 41 13 60) et pour celle d'Arzal c'est Maryvonne Thierry (02 97 450 450) qui accomplissent ce travail. Une feuille de mois est distribuée ou insérée dans le bulletin paroissial.

La famille garde la liste des donateurs pour les remercier et remet l'argent des services au presbytère.

Les services sont célébrés en semaine (deux intentions par messe). La plupart du temps les familles préfèrent que l'on nomme les noms des défunts à la messe dominicale, c'est pourquoi on entend un nombre parfois important de noms le dimanche (ou samedi soir).

Le montant indicatif de l'offrande pour un service (ou pour une messe) est de 17 euros dans le diocèse de Vannes. Cet argent est distribué ensuite entre la paroisse, le diocèse et le clergé. L'Eglise ne vit en effet que d'offrandes solidaires. Afin d'éviter tout problème, les chèques sont à libeller au nom de la paroisse où se déroulent les obsèques.

On parle d' "offrir un service" au moment des obsèques et d' "offrir une messe" en-dehors du temps des obsèques. L'argent de l'offrande des services est partagé entre paroisse, clergé et diocèse. Tandis que l'argent de l'honoraire d'une messe va entièrement au clergé.

 

Un prêtre ne peut recevoir qu'une offrande de 17 euros par jour à condition qu'il offre la messe quotidienne aux intentions demandées. Le surplus des offrandes est donné à des prêtres qui n'ont pas assez d'intentions de messe.

HONORAIRES D'OBSEQUES
La plupart du temps, les familles souhaitent naturellement faire une offrande à l'Eglise au moment des obsèques de leur proche. Cette offrande permet à l'Eglise de vivre. Ces honoraires sont à régler à la paroisse. Le montant indicatif de l'offrande pour la célébration des obsèques est, dans le diocèse de Vannes, de 150 euros (dont 133 euros : 40% du montant pour la paroisse, 35 % pour le clergé, 25 % pour le diocèse). Le prêtre reçoit les 17 euros restants pour célébrer une messe pour le défunt. Si cette messe n'est pas célébrée pendant les obsèques, une Eucharistie est offerte pour le défunt ultérieurement.

Nul n'est obligé de verser cette somme de 150 euros et, pour diverses raisons qui ne regardent personne, il est bien sûr possible de donner moins.

Attention, il n'est pas juste d'utiliser l'argent des services pour payer les honoraires d'obsèques. Il faut en effet respecter l'intention des donateurs.

LA QUETE DES OBSEQUES
Depuis plusieurs années, une quête se fait au moment des obsèques afin de subvenir aux besoins de l'Eglise. 40% du montant sont offerts pour la paroisse, 35 % pour le clergé, 25 % pour le diocèse. Personne n'est obligé de donner à la quête.   Mais n'oublions pas non plus que l'Eglise vit elle-même seulement des offrandes qu'on lui fait.

 

DES FLEURS AUX OBSEQUES

Parfois, nous offrons des fleurs à la famille en deuil en signe d'affection et de respect. Elles nous parlent de toutes ces présences qui ne savent pas comment s'exprimer. Cependant, de l'avis général, nous pouvons constater que lors de certaines obsèques, il y a malheureusement bien trop de fleurs. La question se pose surtout quand il y a crémation : que faire des fleurs ? Ne sommes-nous pas non plus dans la démesure, alors que telle ou telle famille en difficulté, telle ou telle association caritative ou humanitaire auraient besoin d'aides financières ? On peut enfin regretter de voir que les familles et les amis du défunt offrent de moins en moins de services pour leur défunt.

 

OBSEQUES ORTHODOXES et ENTERREMENT PROTESTANT (renseignements sur le site du Cybercuré)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :